Accéder au contenu principal
Afghanistan / États-Unis

Afghanistan: explosion à Kaboul alors que Khalilzad présente son plan de paix

L'émissaire américain pour la paix en Afghanistan, Zalmay Khalilzad lors d'un débat sur la chaîne de télévision Tolo à Kaboul, le 28 avril 2019.
L'émissaire américain pour la paix en Afghanistan, Zalmay Khalilzad lors d'un débat sur la chaîne de télévision Tolo à Kaboul, le 28 avril 2019. REUTERS / Omar Sobhani

Il y aurait au moins 16 personnes tuées et 119 autres blessées, selon un porte-parole du ministre de l'Intérieur, dans l’attentat ce 2 septembre contre un complexe fortifié où vivent des étrangers à Kaboul. L’attaque a été revendiquée par les talibans et perpétrée deux heures après l’annonce d’un projet d’accord de paix entre Américains et talibans. À Doha, les deux parties sont parvenues à un projet d’accord en vue d’une sortie du conflit en Afghanistan à l’issue du 9e round de négociations au Qatar. Le texte n’a pas été rendu public. Le président américain doit d’abord le valider, a fait savoir l’émissaire américain qui en a dévoilé les grandes lignes sur le plateau d’une chaîne de télévision privée à Kaboul lundi soir.

Publicité

Avec notre correspondante à Kaboul,Sonia Ghezali

Plus de 5 000 soldats quitteront 5 bases militaires en Afghanistan et cela 135 jours après la signature d’unaccord de paix. C’est le premier point de cet accord-cadre qui émerge dix mois après le début des discussions entre talibans et Américains à Doha au Qatar. En contrepartie, les talibans s’engagent à lutter contre le terrorisme sur leur territoire.

Il s’agit d’un accord de principe, car le président Donald Trump doit le valider, a prévenu Zalmay Khalilzad. L’envoyé spécial américain a affirmé que les autorités afghanes avaient eu connaissance du texte de l’accord. Elles n’ont fait aucun commentaire.

Des négociations inter-afghanes devraient suivre la signature de l’accord entre Américain et talibans, a indiqué l'émissaire américain. Le porte-parole du président Ashraf Ghani a, quant à lui, réagi dans une interview accordée à nos confrères de la BBC. Il très difficile de faire confiance aux talibans, a dit Sediq Sediqqi.

Quelques heures plus tard, ces propos trouvent une certaine résonance après l’explosion d’un véhicule sur lequel était posée une bombe. Un complexe fortifié ou résident des étrangers est la cible. Les talibans ont revendiqué cette attaque indiquant via leur compte twitter « s’être attaqués aux envahisseurs et à leurs mercenaires ».

À lire aussi : Le conflit en Afghanistan a fait près de 4 000 victimes civiles depuis janvier

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.