Accéder au contenu principal
Afghanistan / Ashraf Ghani

Afghanistan: Ashraf Ghani «préoccupé» par le projet d’accord États-Unis-talibans

Le président afghan Ashraf Ghani (c) a rencontré le représentant spécial américain pour l'Afghanistan, Zalmay Khalilzad, à Kaboul, le 2 septembre 2019.
Le président afghan Ashraf Ghani (c) a rencontré le représentant spécial américain pour l'Afghanistan, Zalmay Khalilzad, à Kaboul, le 2 septembre 2019. Afghan Presidential Palace/Handout via REUTERS

L'émissaire américain en charge des négociations de paix entre États-Unis et talibans en Afghanistan était depuis plusieurs jours à Kaboul pour présenter les éléments d'un projet d'accord aux autorités afghanes. Des autorités qui ont fait part ce mercredi de leur première réaction : le gouvernement d'Ashraf Ghani se dit « préoccupé » par cet accord et demande des éclaircissements à propos d'une initiative dont il est tenu à l'écart depuis le début.

Publicité

L’accord « de principe » négocié entre les États-Unis et les talibans doit permettre notamment un retrait significatif des troupes américaines du territoire afghan, en échange de garanties des talibans qu'ils empêcheront le pays d'abriter des groupes extrémistes comme al-Qaïda.

Mais de nombreux Afghans redoutent que Washington sacrifie la défense de leurs intérêts en échange d'un retrait mettant un terme à un conflit de 18 ans. Ils s'inquiètent notamment que des talibans reviennent sur les acquis en matière de libertés publiques et refusent tout partage du pouvoir avec l'actuel gouvernement.

Kaboul est « préoccupé, et nous demandons donc des éclaircissements sur ce document afin d'en analyser précisément les risques et conséquences, et déjouer tout danger qu'il pourrait entraîner », a expliqué dans un tweet Sediq Sediqqi, porte-parole du président afghan Ashraf Ghani.

Ashraf Ghani et son gouvernement ont été tenus à l'écart des négociations entre les États-Unis et les talibans qui considèrent le président afghan comme illégitime.

Un retrait sans « vrai accord de paix »

Les responsables américains ont mis en garde mardi, dans une lettre ouverte contre la possibilité d'un retrait hâtif des soldats américains avant que la paix ne soit réellement revenue dans le pays. « Un retrait majeur des forces américaines devrait suivre et non pas précéder un vrai accord de paix », ont estimé les signataires de cette tribune, dont cinq ex-ambassadeurs, tous en poste dans les années qui ont suivi l'invasion américaine de 2001, après les attentats du 11 septembre.

Selon les premiers éléments rendus publics, le projet prévoit un retrait initial, sous 135 jours, de cinq bases dans lesquelles les forces américaines sont présentes. Au terme de cette première étape, 8 600 soldats américains resteraient en Afghanistan, contre 13 000 à 14 000 aujourd'hui.

Les talibans vont-ils honorer l’engagement ?

En échange de ce retrait, les insurgés s'engageraient à une « réduction de la violence » dans certaines zones - mais pas à un cessez-le-feu -, à garantir que les territoires qu'ils contrôlent ne puissent plus servir de base arrière à des organisations « terroristes » et à engager pour la première fois des négociations de paix directes avec le gouvernement de Kaboul. Ce dernier est soumis au bon vouloir des talibans d'honorer cet engagement.

Le président américain Donald Trump devrait examiner le projet d'accord cette semaine. Mais la perspective d'une signature toute proche n'a pas fait baisser le niveau de la violence dans le pays.

Les talibans ont revendiqué une attaque meurtrière dans la capitale afghane lundi, deux heures après l’annonce du projet d’accord de paix. Au moins 16 civils sont morts et 119 personnes ont été blessées.

(Avec AFP)

 À lire aussi Le conflit en Afghanistan a fait près de 4 000 victimes civiles depuis janvier

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.