Accéder au contenu principal
Indonésie

Philippines: les rebelles du Front Moro commencent à déposer les armes

Le président philippin Rodrigo Duterte aux côté du leader du Milf, Murad Ebrahim lors d'une cérémonie permettant aux rebelles de rendre leurs armes le 7 septembre 2019.
Le président philippin Rodrigo Duterte aux côté du leader du Milf, Murad Ebrahim lors d'une cérémonie permettant aux rebelles de rendre leurs armes le 7 septembre 2019. FERDINANDH CABRERA / AFP

Le Front Moro islamique de libération (MILF) avait pris les armes dans les années 1970 pour réclamer l'autonomie voire l'indépendance du sud de l'archipel que les musulmans des Philippines considèrent comme leur terre ancestrale.

Publicité

L'accord de paix date de 2014, mais jusqu'à présent les rebelles n'avaient pas encore déposé leurs armes. C'est la création en février dernier de Bangsamoro, une nouvelle région autonome pour la minorité musulmane, qui a convaincu le principal front armé rebelle du pays de tourner la page d’une insurrection de 40 ans qui a fait 150 000 morts. 

En tout, 40 000 combattants doivent rendre leurs armes dans les années qui viennent à des observateurs étrangers indépendants, ce qui doit permettre au Front Moro islamique de libération de devenir un parti politique légal.

D'autres organisations islamistes restent actives

Déjà en février dernier, le président Rodrigo Duterte avait intronisé Murad Ebrahim, le dirigeant de l'ex-front rebelle, comme chef du gouvernement local, au cours d'une cérémonie solennelle à Manille la capitale des Philippines.

Mais le processus de paix est loin d'inclure toutes les organisations islamistes. Celles qui ont prêté allégeance au groupe État islamique restent encore très actives dans le sud des Philippines.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.