Accéder au contenu principal
Indonésie

Indonésie: affrontements lors de manifestations contre des lois controversées

Manifestants contre les réformes juridiques controversées, notamment l'interdiction des relations sexuelles hors mariage et l'affaiblissement de l'agence anti-corruption, à Denpasar, sur l'île de Bali.
Manifestants contre les réformes juridiques controversées, notamment l'interdiction des relations sexuelles hors mariage et l'affaiblissement de l'agence anti-corruption, à Denpasar, sur l'île de Bali. SONNY TUMBELAKA / AFP

La police a fait usage de gaz lacrymogène à Jakarta et dans plusieurs villes d'Indonésie, lundi 30 septembre, contre des manifestants qui ont poursuivi leur mouvement de protestation contre des lois controversées, entamé la semaine dernière. Au moins deux étudiants ont été tués et des centaines ont été blessés au cours des manifestations et parfois des émeutes qui ont embrasé l'archipel depuis le 23 septembre.

Publicité

Dans la capitale indonésienne, quelque 26 000 policiers et militaires et des véhicules blindés étaient déployés lundi. Plusieurs milliers d'étudiants portant des bannières manifestaient près du Parlement protégé par des barbelés.

Quelques affrontements ont eu lieu entre des manifestants qui lançaient des pierres et les forces de l'ordre répliquant avec des gaz lacrymogènes. Les étudiants dénoncent notamment une réforme qui risque d'affaiblir l'agence de lutte contre la corruption (KPK), une institution très respectée en Indonésie.

Contre une révision du Code pénal

Ils protestent également contre un vaste projet de révision du Code pénal qui prévoit notamment des peines de prison pour les relations sexuelles hors mariage ou entre personnes du même sexe. Le fait de « montrer ou d'offrir » des moyens de contraception à des mineurs deviendrait illégal. Le projet prévoit aussi une application plus large de la loi controversée sur le blasphème qui inquiète les minorités dans ce pays qui compte la plus grande population musulmane au monde. Et il envisage d'interdire les « insultes » envers le président ou le vice-président.

À Lombok, île proche de Bali, des affrontements ont éclaté entre quelque 2 000 étudiants et les forces de l'ordre. Les manifestants demandent aussi le retrait des troupes indonésiennes de Papouasie, où des violences ont fait plus de 30 morts en septembre. Ils veulent encore une enquête sur la mort de deux étudiants à Kendari, ville de l'île de Célèbes, la semaine dernière au cours de violentes manifestations.

Le président indonésien, Joko Widodo, a tenté d'apaiser les étudiants en faisant des concessions alors qu'il s'apprête à être investi pour un second mandat en octobre. Le vote de la réforme du Code pénal a été repoussé et le chef de l'État a dit envisager de revenir sur celle de l'agence anti-corruption. Mais après un week-end relativement calme, ces manifestations, parmi les plus importantes depuis le soulèvement de 1998 qui a chassé le dictateur Suharto du pouvoir, ont repris lundi.

(avec AFP)

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.