Accéder au contenu principal
Corée du Sud

Corée du Sud: démission du controversé ministre de la Justice Cho Kuk

Cho Kuk en audition à l'Assemblée nationale, le 6 septembre 2019.
Cho Kuk en audition à l'Assemblée nationale, le 6 septembre 2019. REUTERS/Kim Hong-Ji/File Photo

C’est la conclusion d’un feuilleton qui tient la Corée du Sud en haleine depuis deux mois : Cho Kuk, ministre de la Justice, soupçonné de corruption, a démissionné ce lundi 14 octobre 2019, un mois à peine après avoir été nommé à ce poste.

Publicité

Avec notre correspondant à Séoul,  Frédéric Ojardias

Depuis des semaines, sa nomination provoquait des manifestations massives, entre une gauche qui le soutient, et une opposition conservatrice qui en profitait pour demander le départ du président Moon Jae-in.

Cho Kuk avait été nommé pour réformer un système judiciaire hérité des anciens régimes autoritaires. Mais le chef de l'État a fini par céder aux pressions. « Je suis vraiment désolé d’avoir causé tant de conflits », a-t-il déclaré.

Son désormais ex-ministre de la Justice est soupçonné, avec sa famille, d’avoir obtenu illégalement des commandes de marchés publics et d’avoir triché pour aider ses enfants à entrer dans de prestigieuses universités.

Le président veut réformer le parquet

Cette nomination a profondément divisé la Corée du Sud, selon les traditionnelles lignes de fracture politique du pays. Des centaines de milliers de manifestants sont descendus dans la rue, certains pour le soutenir, d’autres pour exiger son départ.

Des politiciens se sont rasé la tête en public pour exprimer leur opposition. Le taux de soutien du président a chuté, et l’opposition conservatrice en a profité pour se reconstruire et gagner en popularité.

Le président Moon Jae-in promet de mener coûte que coûte cette réforme du parquet qui lui tient tant à cœur. Son but est de réduire le pouvoir de procureurs très puissants, et accusés d’être trop politisés. Pour cela, il devra se trouver un autre ministre de la Justice.

Ces élus de l'opposition avaient décidé de se raser la tête pour protester contre la nomination de Cho Kuk au ministère de la Justice.
Ces élus de l'opposition avaient décidé de se raser la tête pour protester contre la nomination de Cho Kuk au ministère de la Justice. Yonhap via REUTERS

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.