Accéder au contenu principal
Indonésie

Le principal adversaire du président indonésien Widodo nommé à la Défense

Le ministre de la Défense indonésien Prabowo Subianto (gauche) avec le président Joko Widodo lors de la cérémonie d'intronisation des nouveaux ministres au palais présidentiel de Jakarta en Indonésie, le 23 octobre 2019.
Le ministre de la Défense indonésien Prabowo Subianto (gauche) avec le président Joko Widodo lors de la cérémonie d'intronisation des nouveaux ministres au palais présidentiel de Jakarta en Indonésie, le 23 octobre 2019. Reuters/Antara Foto/Wahyu Putro A

L’Indonésie a un nouveau gouvernement ce mercredi, après les élections générales du mois d’avril. Et le président Joko Widodo a nommé au poste de ministre de la Défense son principal adversaire des deux dernières présidentielles Prabowo Subianto, le chef de l’opposition.

Publicité

En avril, les élections générales avaient divisé le pays entre fausses informations et accusations de toutes sortes. Prabowo Subianto, adversaire de Joko Widodo durant les deux dernières présidentielles, affirmait que ce dernier organisait une élection marquée par « des fraudes massives et systématiques ». Mais aujourd’hui, tout est oublié entre les deux hommes. Le président Widodo déclare même, en nommant son opposant ministre de la Défense : « Je n’ai pas à lui expliquer le poste, il en sait plus que moi. »

Le président, après un début de mandat calamiteux, entre les émeutes en Papouasie et des manifestations d’ampleur face à une réforme du Code pénal, essaie de courtiser les 44 % des votants qui avaient choisi Prabowo en avril. Ce qui n’a pas manqué de déstabiliser certains de ses partisans.

Accusé d'enlèvements et de tortures

Une défenseuse des droits de l’homme, Asfinawati, estimait mardi 22 octobre que cette nomination « serait le signe que le gouvernement est insensible aux violations des droits de l’homme ». Elle ajoutait même : « Si ce poste doit vraiment être occupé par un militaire, n’y a-t-il personne d’autre ? », en référence au passé de M. Subianto.

Prabowo Subianto est en effet soupçonné d’avoir organisé, en 1978, l’enlèvement et la disparition de militants indépendantistes au Timor-Oriental. Il a dirigé le groupe qui a attaqué et tué le Premier ministre du pays. Vingt ans plus tard, dans les derniers mois de la dictature de son beau-père, il est soupçonné d’avoir une nouvelle fois participé à l’enlèvement et la torture de militants. Démis de ses fonctions lors de la chute de Suharto, il n’a jamais été poursuivi par la justice.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.