Accéder au contenu principal
Corée du Sud / Jeux vidéo

Les jeux vidéo sud-coréens frappés d’interdiction en Chine depuis 2017

Des joueurs sud-coréens dans un café de Séoul, le 13 juillet 2018 (image d'illustration).
Des joueurs sud-coréens dans un café de Séoul, le 13 juillet 2018 (image d'illustration). Ed JONES / AFP

Autrefois florissant, le secteur du jeu vidéo est en crise en Corée du Sud. Plusieurs facteurs sont en cause, mais le principal est la décision de la Chine – principal marché des entreprises coréennes – d’interdire tous les nouveaux jeux coréens depuis près de trois ans pour des raisons géopolitiques.

Publicité

En mars 2017, la Chine a frappé la Corée du Sud de mesures de rétorsion commerciales suite à l’installation d’un bouclier anti-missile américain très sophistiqué sur le territoire sud-coréen. Un bouclier qui, selon Pékin, vise ses propres capacités de dissuasion.

Depuis ce jour, pas un seul nouveau jeu vidéo coréen n’a reçu un permis de distribution en Chine. Or, l’énorme marché chinois, avec son demi-milliard de joueurs, est de loin le premier au monde. En 2017, il représentait 60% des exportations des entreprises coréennes du secteur et les jeux de rôle multi-joueurs en ligne développés en Corée faisaient un carton en Chine.

Des chiffres d'affaire qui pourraient chuter de 40 à 60%

Pékin a aussi renforcé l’année dernière ses restrictions visant les jeux étrangers mais tous les nouveaux titres coréens restent eux carrément interdits. Le secteur souffre aussi d’une baisse des dépenses de joueurs en raison de la crise économique. En conséquence, selon la presse coréenne, des licenciements massifs se préparent. Cette année, les chiffres d'affaire des deux géants coréens – Netmarble et NCsoft – pourraient chuter de 40 à 60% par rapport à l’année dernière.

Face à ces mesures punitives chinoises, le gouvernement sud-coréen se montre très prudent. La question a été simplement évoquée en août lors d’une rencontre des ministres de la Culture des deux pays. Cette retenue est critiquée car les entreprises coréennes accusent leur gouvernement de laisser mourir, sans réagir, le premier secteur des exportations « culturelles » du pays.

Un député de l’opposition a demandé aux autorités de porter l’affaire devant l’Organisation mondiale du commerce. Il fait remarquer que les entreprises chinoises continuent elle d’importer sans aucun problème leurs jeux en Corée, et où elles font des « profits considérables ». Le magazine Forbes rapporte aussi que les pirates chinois profitent de cette interdiction pour contrefaire les jeux des entreprises coréennes, et engranger les bénéfices à leur place.

Une économie très dépendante de la Chine

La Corée du Sud est très dépendante commercialement de son voisin chinois, et elle n’a guère de moyen de pression sur Pékin. On parle beaucoup ces dernières semaines des déboires en Chine des entreprises américaines – comme Apple, ou la NBA, au sujet de Hong Kong – mais il faut rappeler que cela fait presque trois ans que les entreprises sud-coréennes souffrent de fortes représailles économiques chinoises.

Le géant coréen de la distribution et du tourisme Lotte a ainsi perdu des investissements de plusieurs milliards de dollars. Lotte accumule des pertes colossales en Chine et cherche aujourd’hui à sortir du pays. Ces sanctions chinoises sont non-officielles mais elles sont toujours en place. Presque trois ans plus tard, les effets sont dévastateurs pour le secteur coréen du jeu vidéo.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.