Accéder au contenu principal
Hong Kong / Chine

Hong Kong: des parlementaires arrêtés en marge des hommages à Alex Chow

Cérémonie du souvenir à Tamar Park, près du Conseil législatif de Hong Kong, le Legco, le 9 novembre 2019.
Cérémonie du souvenir à Tamar Park, près du Conseil législatif de Hong Kong, le Legco, le 9 novembre 2019. REUTERS/Ahmad Masood

Un étudiant hongkongais est mort, vendredi 8 novembre, des suites d’une chute en marge d’affrontements le week-end précédent. La loi d’extradition vers la Chine, qui a suscité le mouvement, a déjà été abandonnée. Mais les manifestants demandent aujourd’hui une véritable démocratie et des comptes à la police.

Publicité

Il s’appelait Alex Chow, il avait 22 ans, et vendredi matin, il est mort d’un arrêt cardiaque sur son lit d’hôpital, après quatre jours de coma.

Des milliers de personnes lui ont rendu hommage, vendredi et samedi après-midi à Hong Kong. Des centaines de personnes continuaient à défiler sur les lieux de l’accident qui lui a coûté la vie.

Comme le rappelle notre envoyé spécial dans la région administrative spéciale, Simon Leplâtre, le jeune Alex Chow avait été gravement blessé en tombant dans un parking à étages, le week-end dernier, en marge d’affrontements entre la police et des manifestants.

Des milliers de grues de papier et des bougies

Mlle Wang est en train de faire un pliage de grue, un symbole favorable dans la culture chinoise. « C'était un garçon innocent, il est mort à cause de la violence de la police, donc tout le monde est à la fois en colère, et déprimé », dit-elle.

Des grues en papier, il y en a déjà des milliers, à côté de bougies, et de chrysanthèmes. Les gens sont venus pour rendre hommage mais aussi pour essayer de comprendre ce qui a pu se passer ce soir-là. Beaucoup doutent de la version de la police, qui affirme n’avoir rien vu avant l’arrivée des secours.

Dans le parking, tous les âges sont représentés, même des enfants. Clément, à peine 8 ans, a sorti son violon : « J'espère qu'il sera heureux dans sa vie... euh... heureux au paradis. »

Alors que le mouvement a son premier martyr, tout le monde ici espère qu’il sera aussi le dernier.

Sept parlementaires visés par des arrestations

La police de Hong Kong a annoncé samedi avoir arrêté trois parlementaires pro-démocratie. Elle a par ailleurs demandé à quatre autres de se présenter au commissariat en vue d'être placés en état d'arrestation.

Ces parlementaires sont accusés de violences en mai dernier au Parlement, lors d'échauffourées lorsque la cheffe de l'exécutif de Hong Kong, Carrie Lam, cherchait à faire passer en urgence une loi autorisant les extraditions vers la Chine, projet à l'origine des premières manifestations il y a cinq mois.

Le mouvement de protestation dure depuis 22 semaines. Malgré le retrait du projet de loi d'extradition, il est devenu plus large, pro-démocratie. Et les heurts avec la police sont de plus en plus violents.

Les parlementaires arrêtés risquent jusqu'à un an de prison. L'un d'eux, Lam Cheuk-ting, a assuré qu'il n'avait pas l'intention de répondre à la convocation.

► Écouter aussi : À Hong Kong, « le gouvernement fait le contraire des attentes »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.