Accéder au contenu principal
Sri-Lanka

[Reportage] Le Sri Lanka lorgne vers un retour des touristes

Un vendeur de cacahuètes sur une plage au Sri Lanka.
Un vendeur de cacahuètes sur une plage au Sri Lanka. LAKRUWAN WANNIARACHCHI / AFP

Au Sri Lanka, le nouveau président Gotabaya Rajapaksa, investi lundi, a promis de renforcer la sécurité dans le pays après les attentats terroristes d’avril qui ont frappé des églises et des hôtels. Cela devrait rassurer les touristes qui ont déserté l’île après les attentats et mettent du temps à revenir.

Publicité

Avec notre envoyé spécial à Colombo,  Sébastien Farcis 

Il est 18h, et le grand magasin de souvenirs Laksala, dans le centre de Colombo, est quasiment vide. Mangesh Kirthisena, responsable de la section bijouterie, attend patiemment : « En mai et juin, les ventes ont chuté de 70% par rapport à l’année dernière. Maintenant, cela va un peu mieux, nous sommes à 20 ou 30% de baisse. Les Européens et les Chinois ont disparu au début, mais les Indiens ont continué à venir, car pour eux, ce genre de situation est normale. »    

Les touristes reviennent donc progressivement. La sécurité a été renforcée devant les hôtels et aucun grave incident n’a eu lieu depuis les attentats d’avril.

Rio, un touriste suisse, considère que c’est même le bon moment pour venir au Sri Lanka : « Nous avons décidé de venir après les attaques, c’était le moment idéal, c’est probablement moins cher, les gens sont plus amicaux, car ils ont besoin de touristes, et il se peut que ce soit moins dangereux. Car statistiquement, après un attentat, un pays est plus sûr qu’avant. »

L’année dernière, les revenus du tourisme représentaient 5% du PIB sri-lankais - un chiffre qui devrait fortement chuter à présent. Selon les spécialistes du secteur, le nombre de visiteurs devrait retrouver son niveau initial au bout d’un an.

►À lire aussi: Attentats au Sri Lanka: le tourisme frappé de plein fouet

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.