Accéder au contenu principal
Chine / Espionnage

Australie: les troublantes révélations d'un ancien espion chinois

Un ferry passe non loin du Sydney Harbour Bridge. «Si je retourne (en Chine), je suis mort», affirme l'ancien espion, qui souhaite obtenir l'asile politique en Australie (notre photo).
Un ferry passe non loin du Sydney Harbour Bridge. «Si je retourne (en Chine), je suis mort», affirme l'ancien espion, qui souhaite obtenir l'asile politique en Australie (notre photo). REUTERS/John Mair

Ce sont des révélations qui font l’effet d’une bombe. En Australie, un ancien espion chinois a dévoilé les méthodes d’opérations d’espionnage de son pays. La Chine aurait infiltré des organisations à Hong-Kong, à Taïwan et en Australie. Et ce, notamment pour influencer l’opinion publique.

Publicité

À Taïwan, l'homme est arrivé sous une fausse identité : Wang Liqiang, espion chinois maintenant repenti, avait une mission bien précise. Influencer les élections municipales de 2018. Ainsi que l’élection présidentielle de janvier 2019. L’objectif ? Mettre à la tête de l’île un gouvernement pro-chinois, alors que la Chine considère Taïwan comme l’une de ses provinces.

Cyberattaques

Recrutement d’agents, sollicitation de médias locaux ou influence de l’opinion publique via les réseaux sociaux. Autant de méthodes utilisées par l’ancien espion, et décrites dans les médias australiens. Autre opération secrète, cette fois-ci à Hong Kong : Wang Liqiang affirme avoir participé à des cyberattaques contre des militants pro-démocratie. Il aurait également recruté des étudiants pour infiltrer les universités et noyauter les organisations étudiantes.

L'ingérence chinoise dénoncée

Du côté de l’Australie, très peu de réactions dans la presse. Les dirigeants australiens dénoncent de plus en plus l’ingérence chinoise. Mais la Chine reste le principal partenaire commercial du pays. L’ex-espion chinois, actuellement à Sydney, a demandé l’asile politique auprès des autorités australiennes.

À LIRE AUSSI: L’Australie n’accueillera pas de missiles américains sur son sol

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.