Accéder au contenu principal
Japon

Japon: des victimes de la tragédie de Fukushima rencontrent le pape

Le pape François lors d'une rencontre avec les victimes du tsunami et de la catastrophe nucléaire de Fukushima, le 25 novembre à Tokyo.
Le pape François lors d'une rencontre avec les victimes du tsunami et de la catastrophe nucléaire de Fukushima, le 25 novembre à Tokyo. Handout / VATICAN MEDIA / AFP

Au troisième jour de son voyage au Japon, le pape François a évoqué ce lundi sa « préoccupation » face à l’usage de l’énergie nucléaire. Et il a appelé à une mobilisation renforcée pour aider les victimes du séisme et du tsunami du 11 mars 2011 suivi de l’accident nucléaire de Fukushima.

Publicité

Avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles

Devant le pape, Matsuki Kamoshita qui avait huit ans lorsque des vagues de 15 mètres de haut détruisirent la centrale de Fukushima, raconte : « Nous avons été harcelés après notre évacuation, les évacués étaient traités comme des pestiférés. C’était si dur que j’avais envie de mourir. »

Le pape à Tokyo l’écoute attentivement. Matsuki Kamoshita lui demande de prier pour l’élimination de la menace que représente l’exposition aux radiations pour notre avenir.

Après son témoignage, François le serre dans ses bras. 50 000 personnes évacuées d’Hiroshima vivent toujours dans des logements temporaires.

« Futures sources d'énergie »

En 2016, la Conférence des évêques du Japon avait lancé un appel à l’abolition de la production d’énergie nucléaire. Le pape François est aujourd’hui plus diplomate. Il ne demande pas la fermeture des centrales nucléaires. Il faut réfléchir, déclare le souverain pontife, nous demander quelles sources d’énergie nous voulons utiliser à l’avenir. « Le premier pas, je crois, outre la prise de décisions courageuses et importantes concernant l’exploitation des ressources naturelles, et en particulier concernant les futures sources d’énergie, c’est d’œuvrer et de tendre vers une culture en mesure de combattre l’indifférence », a souligné le pape.

François a rencontré ensuite des jeunes dans la cathédrale Sainte-Marie à Tokyo. Il leur a conseillé de ne pas trop se regarder dans le miroir. Et a souri, avant de dire : « Beaucoup de choses ont été inventées. Mais grâce à Dieu, les selfies de l’âme n’existent pas encore ».

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.