Accéder au contenu principal
Chine/Corée du Sud

Chine et Corée du Sud tentent de «normaliser» leurs relations

Le 4 décembre 2019, le ministre des Affaires Étrangères chinois était en visite à Séoul pour tenter d'apaiser les tensions entre les deux pays depuis le déploiement d'un bouclier anti-missile américain en 2017 par les sud-coréens.
Le 4 décembre 2019, le ministre des Affaires Étrangères chinois était en visite à Séoul pour tenter d'apaiser les tensions entre les deux pays depuis le déploiement d'un bouclier anti-missile américain en 2017 par les sud-coréens. AFP Photos/Chung Sung-Jun/POOL

Le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a conclu ce jeudi 5 décembre au soir une visite de deux jours dans la capitale sud-coréenne. Le but officiel de sa visite est de renforcer les relations entre Séoul et Pékin avec la rencontre de son homologue sud-coréenne Kang Kyung-wha et le président Moon Jae-In.

Publicité

Avec notre correspondant à Séoul, Frédéric Ojardias

C’est la première visite de Wang Yi depuis 5 ans. Les relations entre la Chine et la Corée du Sud se sont  endommagées depuis l’installation sur le territoire sud-coréen d’un bouclier anti-missile américain, le THAAD. Le chef de la diplomatie chinoise assure que la Chine et Corée du Sud sont « des amis et des partenaires ». Les deux pays renforceront leurs échanges pour « complètement normaliser » leurs relations, ont déclaré de leur côté des responsables sud-coréens.

Mais sous les amabilités diplomatiques, les tensions persistent. Pékin continue d’infliger des sanctions économiques à la Corée du Sud, depuis que celle-ci a installé, en 2017, un bouclier anti-missile américain qui vise autant la Corée du Nord que la Chine.

Séoul fragilisé par Washington

Depuis, les produits culturels coréens, jeux vidéo et feuilletons télé, restent frappés d’interdiction par Pékin. Et le géant coréen de la distribution Lotte a dû quitter la Chine, perdant des milliards de dollars d’investissement. Le nombre de touristes chinois en Corée a chuté. Des avions militaires chinois violent régulièrement la zone d’identification aérienne coréenne.

Séoul est dans une position difficile : la Chine est son premier partenaire commercial et elle détient la clé de toute résolution de la crise nord-coréenne. Quant à son allié américain, il lui demande de payer cinq fois plus pour la présence de son armée. L’alliance Séoul-Washington est ainsi fragilisée. Ce dont entend bien profiter Pékin pour renforcer son influence sur la péninsule.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.