Accéder au contenu principal
Inde

[Reportage] Loi sur la citoyenneté en Inde: grandes protestations à New Delhi

Marche de solidarité et de protestation contre la loi sur la citoyenneté à l'Université Jamia Millah Islamiya, le 16 décembre 2019.
Marche de solidarité et de protestation contre la loi sur la citoyenneté à l'Université Jamia Millah Islamiya, le 16 décembre 2019. REUTERS/P. Ravikumar

La colère gronde toujours en Inde contre la loi sur la citoyenneté. Adoptée la semaine dernière par le Parlement indien, elle facilite la naturalisation d’étrangers de la région, sauf les musulmans. A New Delhi, les plus grandes protestations se tiennent depuis plusieurs jours autour de l’Université musulmane de Jamia Millah Islamiya. Dimanche, la police a envahi brutalement l’université, blessant des étudiants.

Publicité

De notre correspondant en Inde, Sébastien Farcis

Des centaines d’étudiants et de musulmans du quartier ont envahi la rue devant l’Université Jamia Millah, au sud de New Delhi. Pacifiques, mais révoltés. Shahdah est étudiante: « Ce gouvernement ne considère pas que les musulmans peuvent avoir les mêmes droits que les autres. Il est donc en train de détruire notre Constitution ».

À lire aussi : les fondements laïcs de l'État menacés par la loi sur la citoyenneté?

La veille, plusieurs bus ont été incendiés en marge de la manifestation, à quelques kilomètres de là. La police a accusé les étudiants qui nient toute implication, vidéo à l’appui. « J’ai des preuves. Regardez cette vidéo : à l’intérieur de ce bus, c’est un policier. C’est un policier de Delhi qui arrose le bus et le brule. »

D’autres universités indiennes rejoignent le mouvement

L’homme qui jette un liquide dans le bus en effet doit avoir une quarantaine d’années, il est bien rasé et habillé comme un fonctionnaire. Il ne porte pas d’uniforme mais le bus, lui, est entouré par des policiers. Impossible de vérifier l’authenticité de cette vidéo, mais pour les manifestants, cela prouve que la police de Delhi, contrôlée par le gouvernement fédéral, a ainsi voulu discréditer ce mouvement. Et cela lui aurait donné une raison d’entrer violemment dans la faculté, où deux jeunes ont été blessés par balle.

Ce lundi, beaucoup d’autres universités indiennes ont commencé à protester contre cette loi sur la citoyenneté. De Calcutta à Bombay en passant par Madras, la révolte contre le gouvernement est à présent devenue nationale.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.