Accéder au contenu principal
Pakistan

Pakistan: l’armée proteste après la condamnation à mort de Pervez Musharraf

L'ex-président du Pakistan, Pervez Musharraf, en mars 2013.
L'ex-président du Pakistan, Pervez Musharraf, en mars 2013. REUTERS/Mohammad Abu Omar/Files

L'ex-président et général Pervez Musharraf a été condamné à mort par contumace ce mardi pour « haute trahison ». Un verdict rejeté par la puissante armée pakistanaise, qui a dénoncé un déni de justice.

Publicité

Avec notre correspondante à Islamabad,  Sonia Ghezali

« Pervez Musharraf, qui a servi le pays pendant plus de 40 ans, ne peut pas être un traître. » Dans un message publié par son service de communication, l'armée pakistanaise met en cause la validité de la procédure judiciaire. Les forces armées du Pakistan disent s’attendre à ce que « la justice soit rendue conformément à la Constitution de la République islamique ».

Cette position de l’armée pakistanaise a été suivie d’une conférence de presse du procureur général. Anwar Mansoor Khan a lui aussi critiqué le verdict rendu par le tribunal spécial. Les tribunaux ont œuvré « en-dehors du champ d'application de la loi », a-t-il déclaré, ajoutant que Pervez Musharraf n'avait pas eu la possibilité de faire enregistrer sa déclaration, ni de présenter ses témoins à la cour. À noter qu’Anwar Mansoor Khan avait été l'un des avocats de Pervez Musharraf en 2014, au début de ce long procès.

Il est peu probable que l’ancien président, en exil à Dubaï pour raison médicale, ne subisse la peine prononcée à son encontre.

La décision de justice est néanmoins exceptionnelle et crée un précédent au Pakistan, où l'armée pèse souvent de tout son poids sur les institutions.

►À lire aussi : Pakistan: le pays commémore le massacre des élèves de Peshawar

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.