Accéder au contenu principal
Inde

Inde: le pays sous tension alors que les manifestations ne faiblissent pas

Les manifestations contre la loi citoyenneté font rage en Inde depuis une semaine entre les policiers et les protestants. Une vingtaine de personnes sont décédées depuis le début de la mobilisation.
Les manifestations contre la loi citoyenneté font rage en Inde depuis une semaine entre les policiers et les protestants. Une vingtaine de personnes sont décédées depuis le début de la mobilisation. STR / AFP

En Inde le gouvernement de Narendra Modi est dos au mur. Les manifestations contre la nouvelle loi sur la citoyenneté, de plus en plus violentes, se poursuivent à travers le pays depuis près de deux semaines.

Publicité

Reconduit au pouvoir avec une victoire sans appel aux législatives en mai 2019, le parti nationaliste hindou, le BJP fait face à son premier grand mouvement de contestation. Retour sur les événements qui secouent le gouvernement indien avec notre correspondant à New Delhi, Antoine Guinard.

Une vingtaine de personnes décédées

Une personne est décédée dans de nouveaux heurts avec la police ce samedi dans le nord de l’Inde. Les manifestations contre la nouvelle loi sur la citoyenneté ont grimpé en intensité ces derniers jours, menant à la mort d’une vingtaine de personnes et à des milliers d’arrestations à travers le pays depuis le mercredi 11 décembre.

La contestation a débuté dès cette date, jour de l’adoption de cette loi par le Parlement indien, dans le Nord-est de l’Inde, en particulier l’État de l’Assam. Des manifestations massives et parfois violentes ont été aussitôt organisées dans cette région, qui se sent particulièrement visée par cette nouvelle loi, car elle favoriserait selon la population locale, l’immigration illégale du Bangladesh voisin.

Les manifestations contre la nouvelle loi sur la citoyenneté ont grimpé en intensité ces derniers jours en Inde. Cette loi controversée est jugée discriminante envers les musulmans.
Les manifestations contre la nouvelle loi sur la citoyenneté ont grimpé en intensité ces derniers jours en Inde. Cette loi controversée est jugée discriminante envers les musulmans. STR / AFP

Peu de temps après, des rassemblements contre cette loi jugée discriminatoire envers la communauté musulmane ont vu le jour un peu partout à travers l’Inde. La répression violente d’une manifestation dans une université réputée de New Delhi le 15 décembre a marqué un tournant.

Ces incidents ont galvanisé les manifestants à travers le pays, qui se sont mobilisés en masse, dans les universités et dans la rue la semaine dernière. Le gouvernement a pour l’instant répondu par la répression, et en coupant internet dans les zones sensibles. Il tente à présent de lancer une campagne de sensibilisation autour de cette loi controversée. Peut-être un peu tardivement.

Le Pakistan fustige la loi citoyenneté

Jugée discriminatoire envers les musulmans, la loi sur la citoyenneté fait parler au Pakistan, grand pays musulman de la région et voisin ennemi de l’Inde. Les critiques fusent une nouvelle fois à l’encontre du gouvernement de Narendra Modi, rapporte notre correspondante à Islamabad, Sonia Ghezali.

C’est sur les réseaux sociaux que les critiques fusent. « Au cours des 5 dernières années du gouvernement de Modi, l'Inde s'est dirigée vers  "l’hindu rashtra" avec son idéologie fasciste suprématiste hindoue », a vivement réagi le Premier ministre pakistanais Imran Khan.

Les autorités pakistanaises considèrent que la loi sur la citoyenneté est un acte de plus de leurs homologues indiens contre les musulmans. Cette loi intervient plus de quatre mois après le début de la crise du Cachemire.

Le 5 août dernier, l’Inde a décidé d’abroger le statut spécial de la partie du Cachemire qu’il administre et où la population y est majoritairement musulmane. Un statut autonome qui était inscrit dans la Constitution indienne. Depuis, les accrochages se multiplient sur la ligne de contrôle qui sépare l’Inde et le Pakistan.

Ces tensions cristallisées entre les deux frères ennemis sont autant d’occasions pour les autorités pakistanaises de rappeler les raisons même de la création du Pakistan. Un État pour les musulmans issus de l'ancien territoire des Indes britanniques. Une idée du fondateur du Pakistan, Muhammad Ali Jinnah dont le pays célèbrera comme chaque année la date d’anniversaire, le 25 décembre. Un jour férié au Pakistan en hommage à celui qui est surnommé « le père de la nation » et dont les portraits sont affichés dans les bâtiments publics du pays.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.