Accéder au contenu principal
Inde

L’Inde lance un très controversé registre national de la population

Le ministre de l'Intérieur Amit Shah.
Le ministre de l'Intérieur Amit Shah. MONEY SHARMA / AFP

Le gouvernement indien a approuvé un budget de 500 millions d’euros pour la mise en place en 2020 d’un nouveau recensement de la population. Cette mesure a pour objectif d’établir un registre détaillé des personnes résidant dans le pays.

Publicité

De notre correspondant à New Delhi, Antoine Guinard

La mesure survient en dépit des nombreuses manifestations contre le gouvernement nationaliste hindou de Narendra Modi. Organisées un peu partout en Inde depuis deux semaines, elles contestent une loi controversée sur la citoyenneté.

Le ministre de l’Intérieur Amit Shah a voulu rapidement rassurer ses concitoyens. « Il n'y a aucun lien entre ce nouveau recensement, ou registre national de la population, et un éventuel registre national des citoyens », a-t-il annoncé. Des millions d’Indiens manifestent contre ce registre national des citoyens depuis le 11 décembre dernier.

Mais les opposants au parti nationaliste hindou craignent précisément que ce recensement aide à dresser une liste de personnes susceptibles d’être déchues de leur nationalité.

Le gouvernement continue de passer en force

Le registre national de la population, ou NPR, doit établir une base de données sur toutes les personnes qui habitentsur le territoire indien. Tout citoyen indien, comme toute personne résidant depuis 6 mois en Inde ou ayant pour projet de vivre dans le pays dans les 6 prochains mois, devra fournir une série de documents : passeport, permis de conduire, carte d’électeur et numéro Adhaar, la carte d’identité biométrique indienne.

Le recensement doit démarrer en septembre 2020. Cette mesure est perçue comme un signe que le gouvernement continue de passer en force face au mouvement de contestation contre la nouvelle loi sur la citoyenneté, critiquée pour son caractère islamophobe. Les manifestations contre cette loi se sont déjà soldées par la mort de 20 personnes à travers le pays depuis deux semaines.

►À lire aussi : Inde: l’État du Kerala refuse à son tour d’appliquer la loi sur la citoyenneté

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.