Accéder au contenu principal
Chine

Hong Kong: les manifestants passent en 2020 dans la détermination

Une manifestation se tient le 1er janvier 2020 à Hong Kong pour marquer six mois de contestations.
Une manifestation se tient le 1er janvier 2020 à Hong Kong pour marquer six mois de contestations. REUTERS/Tyrone Siu

Des chaînes humaines ont été organisées avant le passage à 2020 à Hong Kong. Ce mercredi matin, 1er janvier, une marche est prévue pour montrer que les protestataires restent mobilisés après plus de six mois de contestation.

Publicité

Avec notre envoyé spécial à Hong Kong,  Stéphane Lagarde

En 2020, « la bataille continue », disent les affiches ici. Ce mercredi, un flot ininterrompu de Hongkongais marchaient en direction des institutions depuis le parc de Victoria.

Contexte particulier pour manifestation traditionnelle

Dans le quartier de Causeway Bay, d’où est partie la manifestation, les boutiques, les cafés, les centres commerciaux ont maintenant tiré leurs rideaux. Les forces de l’ordre demeurent discrètes.

►À lire aussi : Crise à Hong Kong : tout est parti d’un simple fait divers

La manifestation du jour est autorisée, elle est traditionnelle. Les syndicats l’organisent tous les ans, mais elle intervient évidemment dans un contexte particulier. Les familles défilent, et il y a même des manifestants en fauteuil roulant. 

Le 9 juin 2019, la même foule s’était rassemblée pour dire non à un projet de loi sur l’extradition, aujourd’hui retiré. Mais les revendications demeurent. Chez les manifestants, beaucoup de mains levées avec les doigts écartés rappellent ces cinq revendications qui peuvent se résumer à une seule : respecter le modèle « un pays, deux systèmes ». C'est ce que souhaite aussi M. Lam, manifestant et représentant d'un syndicat :

« Nous essayons d’être les plus nombreux possibles, de nous rassembler pour faire pression sur le gouvernement. Comme vous le savez, notre chef de l’exécutif a plus d’attention pour les policiers que pour la population. Le gouvernement continue de nous ignorer. Donc, nous ne savons pas comment ça va se terminer. Mais nous pensons que, tous ensemble, nous pouvons changer les choses. Nous demandons simplement au gouvernement chinois de tenir sa promesse de respecter le modèle "un pays, deux systèmes", de ne pas simplement le dire, mais le faire. Nous avons l’espoir que les choses changent ».

Ces libertés seraient actuellement menacées par la Chine, scande la foule avec des pancartes, dénonçant ce qu’ils considèrent ici comme des violences policières.

Entre manifestations et célébrations le 31 décembre

Hier, mardi 31 décembre, les mégaphones étaient déjà de sortie et les slogans refleurissaient sur les murs de Hong Kong : deux fois le chiffre 1 sur fond noir et blanc. « Pas question d’abandonner la bataille », disent les affiches invitant à la manifestation de ce 1er janvier, la première de 2020.

À l'intérieur, M. Choi, venu avec ses deux enfants de 8 et 10 ans, racontait ce qui le poussait à descendre dans la rue : « Nous manifestons à nouveau parce que nous n’avons rien obtenu en six mois. Nous devons nous souvenir de ce que nous avons enduré dans la dernière moitié de 2019. Nous venons d’un autre quartier, il y avait beaucoup de policiers, mes fils ont eu peur ». Ils avaient notamment peur d’être arrêtés dans le quartier de Mogkok où les gaz lacrymogènes et canon à eau chassaient des petits groupes de protestataires.

►À écouter aussi : Accents du Monde - Hong Kong : un mouvement marquant de 2019

Il n’y a « rien à célébrer. Nous devons rester mobilisés pour les détenus », affirmait en substance Hilda, écrivaine. Nous espérons que ceux qui ont été arrêtés nous verront dans les informations et sauront que le mouvement se poursuit, qu’on ne les oublie pas ».

Feux d'artifice et lasers à minuit

Pour la première fois depuis dix ans, le traditionnel rassemblement sur les promenades de la Baie de Victoria était interdit par les autorités. Vers minuit, les téléphones portables sont brandis comme des bougies, avant que les lasers et les feux d’artifice n’embrasent le toit des gratte-ciel.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.