Accéder au contenu principal
Hong Kong

Affrontements avec la police à Hong Kong après l'interruption de la marche

La manifestation du 1er janvier à Hong Kong a dérapé en affrontements avec la police suite à l'interruption par la police de la marche pacifique.
La manifestation du 1er janvier à Hong Kong a dérapé en affrontements avec la police suite à l'interruption par la police de la marche pacifique. REUTERS/Tyrone Siu

À Hongkong, 2020 commence comme 2019 s’était terminée. Plus d’un million de protestataires ont de nouveau défilé ce mercredi dans les rues de Hong Kong, selon les organisateurs, et ce malgré l’interruption de la manifestation en fin d’après-midi.

Publicité

Avec notre envoyé spécial à Hong Kong, Stéphane Lagarde

Les cocktails Molotov et les barricades des protestataires face aux canons à eau et aux gaz lacrymogènes des policiers. Signe de l’extrême volatilité de la situation qui perdure à Hong Kong en ce début d’année 2020, les violences se sont poursuivies tard dans la nuit du 1er janvier. Les rues portent encore ce matin du 2 janvier encore les stigmates de ces affrontements : mer de pavés sur la chaussée et mobiliser urbain endommagé.

Tout avait pourtant bien commencé. La manifestation pacifique de ce premier jour de 2020 a fait le plein. Les manifestants en famille, tous les âges, toute la société civile est présente dans les cortèges qui s’élancent du parc Victoria notamment les associations et les syndicats.

Une marée humaine stoppée à mi-parcours

La marée humaine n’a pas le temps d’arriver au Parlement puisque moins de trois heures après avoir démarré, la marche s’est brutalement interrompue suite au saccage d’une agence bancaire. La police donne alors 30 minutes aux protestataires pour se disperser avant de procéder à des interpellations massives.

►À lire aussi : À Hong Kong, mobilisation massive des protestataires pour la nouvelle année

Le ministère de la Justice a condamné les actes de vandalisme contre des banques, des cafés et la Haute Cour de justice. Le Front civique des droits de l’homme critique, de son côté, le rejet par les autorités du premier rassemblement autorisé de l’année avec une excuse qualifiée d’absurde qui aurait poussé une partie des manifestants à des provocations.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.