Accéder au contenu principal
Australie

Incendies géants en Australie: Scott Morrison sur la sellette

Dans le centre d’opération des pompiers de l’Etat de Nouvelle-Galles du Sud, des dizaines de personnes se relaient pour suivre les incendies qui ravagent l'Etat et coordonner le travail des pompiers, le 5 janvier 2020.
Dans le centre d’opération des pompiers de l’Etat de Nouvelle-Galles du Sud, des dizaines de personnes se relaient pour suivre les incendies qui ravagent l'Etat et coordonner le travail des pompiers, le 5 janvier 2020. RFI/Murielle Paradon

Samedi fut sans doute l’une des pires journées que l’Australie eut à vivre. Le sud-est du pays, en proie aux flammes depuis quatre mois, a subi une nouvelle vague de chaleur avec un record à 48,9º. Sur le front politique aussi la température monte. De plus en plus de voix se font entendre contre la gestion de la crise par le gouvernement conduit par Scott Morrison.

Publicité

Dans la région de Sydney, des vents secs et chauds ont renforcé les incendies déjà gigantesques et incontrôlables et le bilan s’est encore alourdi, avec la mort d’une 24e personne, rapporte notre envoyée spéciale, Murielle Paradon. Ce dimanche, le thermomètre est nettement descendu et la pluie est arrivée par endroits, ce qui devrait un peu soulager les pompiers, mais ce sera insuffisant pour stopper ces incendies qui sont dus en partie à une longue sécheresse.

En attendant, la population souffre. Des milliers de personnes ont dû évacuer leur maison ces dernières heures devant l’arrivée des flammes, l’air, par endroits, est devenu irrespirable avec de la fumée et des cendres qui tombent du ciel. Des paysages lunaires, comme à Eden, une petite ville entre Sidney et Melbourne, où le ciel s’est teinté de noir et d’orange en pleine matinée.

Les pompiers en colère interpellent Scott Morrison

Le centre d’opération des pompiers de l’État de Nouvelle-Galles du Sud, la région de Sydney, est impressionnant. Une centaine d’écrans retransmet en temps réel l’évolution des incendies. Des dizaines de personnes se relaient ici jour et nuit pour guider les pompiers sur le terrain. Des pompiers pour la plupart volontaires qui travaillent d’arrache-pied, au périple de leur vie, depuis des semaines.

Ces soldats du feu commencent à critiquer le Premier ministre australien pour sa mauvaise gestion de la crise. La vidéo d'un pompier en colère, Paul Parker,  appelant le chef du gouvernement à venir se rendre compte des dégâts dans le village de Nelligen, a largement circulé sur les réseaux sociaux.

Vendredi, dans la ville de Cobargo, M. Morrison a été chahuté par la population notamment par une jeune mère de famille et un pompier volontaire qui ont refusé de lui serrer la main.

Mauvaise communication du gouvernement ?

Les pompiers critiquent le chef du gouvernement: écoutez le reportage de notre envoyée spéciale

Ce dimanche matin, le porte-parole des pompiers de l'État de Nouvelle-Galles du Sud s’en est pris au Premier ministre en déplorant sa mauvaise communication. « Nous sommes déçus par le Premier ministre, son manque de communication. Nous aimerions plus de dialogue avec le gouvernement fédéral », a déclaré Ben Shepperd.

Rappelons que le Premier ministre passait de vacances paisibles à Hawaï au plus fort des incendies. Depuis son retour en Australie, il essaie de se rattraper en multipliant les annonces d’aides aux pompiers, mais ça ne passe pas. Même l’envoi de renforts de l’armée est critiqué par Ben Shepperd. « C’est bien d’avoir un soutien de l’armée et on s’en souviendra en cas de besoin. Mais les soldats ne sont pas des pompiers. Les soldats peuvent peut-être s’occuper des opérations de sauvetage mais ils ne luttent pas contre le feu. On ne peut les envoyer éteindre des flammes, comme on n’enverrait pas des pompiers faire la guerre, avec des armes. »

Autrement dit, chacun son travail. Ce que réclament les pompiers, c’est plus de considération et d’écoute de la part du gouvernement australien.

Scott Morrison, un climatosceptique notoire

Scott Morrison est aussi très critiqué en tant que climatosceptique à l'instar de Donald Trump ou de Jaïr Bolsonaro. Sa politique énergétique visant à privilégier le très lucratif secteur du charbon plutôt que la lutte contre le réchauffement climatique, dont le rôle est pourtant pointé dans la crise environnementale actuelle, est contestée. Des choix politiques qui étaient au coeur de la campagne des législatives de 2019 et récemment encore épinglés dans une tribune au New York Times par le célèbre écrivain australien Richard Flanagan (Australia Is Committing Climate Suicide).

À écouter aussi : « Les choix politiques n'ont pas été faits en matière de lutte contre le réchauffement climatique »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.