Accéder au contenu principal
Taïwan

Économie: comment Taïwan profite de la guerre commerciale

Un habitant de Taïpei agitant le drapeau taïwanais lors d'une manifestation pendant les dernières élections présidentielles.
Un habitant de Taïpei agitant le drapeau taïwanais lors d'une manifestation pendant les dernières élections présidentielles. REUTERS/Ann Wang

Si la Chine continentale souffre de la guerre commerciale menée avec les États-Unis, Taïwan en profite. Des usines et des investissements jusqu’ici concentrés sur le continent lui reviennent. Et la présidente sortante n’y est pas pour rien. Elle a mené une politique incitative pour attirer les investissements dans les technologies nouvelles, dont Taiwan est déjà un acteur primordial.

Publicité

TSMC, Quanta Computer, Pegatron, Honhai, des noms qui ne disent pas toujours grand-chose. Pourtant, ce sont des géants taïwanais de l’électronique dont les principaux clients s’appellent Apple ou Huawei. Tous ont ouvert il y a de longues années des usines en Chine continentale, attirés par les bas coûts de production. Mais les choses sont en train de changer. Outre que la Chine n’est plus aussi compétitive, la guerre commerciale et ses effets ont incité de nombreuses entreprises taiwanaises à retirer une partie de leurs investissements.

Le «coup de pouce» américain

Les tarifs additionnels imposés par l’administration Trump sur les exportations chinoises ont accéléré le mouvement. Les clients américains comme Dell ou Intel préfèrent voir la production de serveurs d’ordinateurs se faire à Taïwan où par ailleurs la sécurité informatique est davantage garantie qu’en Chine.

TSMC, leader mondial incontesté de la fonderie de semi-conducteurs, centraux dans la production de smartphones notamment, a prévu d’investir 15 milliards de dollars en 2019, notamment pour l’ouverture de plusieurs usines.

En tout, en 2019, plus de 22 milliards de dollars ont été rapatriés par des entreprises taiwanaises sur l’île, d’après les chiffres du gouvernement.

Google investit 26 milliards de dollars

Plusieurs autres grands groupes tels Hon-Hai qui fournit des composants pour Apple ont répondu à l’appel de la présidente Tsai Ing-wen. Car c’est bien son volontarisme qui permet aussi ce mouvement de retour. Fin 2018, elle a lancé un ambitieux plan d’action pour inciter au rapatriement des investissements taiwanais sur l’île (« Action Plan for Welcoming Overseas Taiwanese Business to Return to Invest in Taiwan »). Facilité d’accès aux terrains, aux crédits, sont déployés pour attirer en premier lieu l’industrie des semi-conducteurs dont Taiwan est un leader mondial.

Les investisseurs étrangers en profitent. Ainsi, Google a engagé 26 milliards de dollars en 2019 pour agrandir son centre de données sur l’île.

La 5G en alliée

Le développement des téléphones 5G met plus que jamais Taïwan au centre du monde en matière de fabrication des puces et semi-conducteurs. Même si elle n’est pas l’unique productrice, son avance technologique concernant la fabrication de puces toujours plus petites et plus performantes (5 nanomètres, 3 nanomètres) la rend incontournable. Y compris pour les fabricants de téléphones chinois. Huawei est le deuxième client de TSMC derrière l’américain Apple. La présidente sortante en a fait l’un des arguments premiers pour défendre les intérêts de Taïwan face aux assauts de Pékin. Un enjeu de souveraineté et d’indépendance.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.