Accéder au contenu principal

Canada: Meng Wanzhou, numéro 2 de Huawei, conteste son éventuelle extradition

La directrice financière de Huawei, arrêtée le 1er décembre 2018, vit en liberté surveillée dans une luxueuse résidence lui appartenant à Vancouver.
La directrice financière de Huawei, arrêtée le 1er décembre 2018, vit en liberté surveillée dans une luxueuse résidence lui appartenant à Vancouver. REUTERS/Lindsey Wasson

Arrêtée il y a un plus d’un an à l’aéroport de Vancouver où elle se trouvait en transit, Meng Wanzhou, la numéro deux de Huawei, risque l’extradition vers les États-Unis pour violation de l’embargo américain vers l’Iran. Ses avocats veulent démontrer au tribunal que leur cliente n’est coupable d’aucun crime au Canada et qu’elle doit être relâchée.

Publicité

Avec notre correspondante à Québec, Pascale Guéricolas

Les pieds chaussés de délicats escarpins noirs, laissant voir son bracelet magnétique de prisonnière en liberté surveillée, Meng Wanzhou a passé la journée de lundi à la table de la défense, avec son équipe de conseillers. Une longue semaine d’audiences devant la plus haute cour de Colombie-Britannique, dans l’Ouest canadien, s’est amorcée pour la numéro deux du géant chinois des télécommunications. Pour son avocat, le Canada n’a pas à céder à la demande d’extradition des États-Unis puisque la quadragénaire n’a contrevenu à aucune loi canadienne.

Pas d'équivalent au Canada pour les faits reprochés

Les Américains accusent la directrice financière d’avoir violé l’embargo vers l’Iran en mentant sur les liens entre cette entreprise et une filiale vendant du matériel de télécommunication. Or, cette affaire n’a rien à voir avec les sanctions en vigueur au Canada, une nation souveraine, qui dispose de ses propres standards et de ses propres lois à ses yeux, selon le défenseur de Meng Wanzhou.

Après avoir contesté son arrestation par la police et les douaniers canadiens, la numéro deux de Huawei va donc passer la semaine au tribunal. Les débats pour réclamer son départ devraient commencer mercredi, la décision finale relevant de la Cour suprême de Colombie-Britannique.

Le Chinois Huawei envisage d'installer sa première usine 5G en Europe

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.