Accéder au contenu principal

Coronavirus: l'OMS repousse de 24 heures son estimation du risque

Surveillance des scanners thermiques qui détectent les températures des passagers lors du contrôle de sécurité à l'intérieur de la gare de Hankou à Wuhan, dans la province du Hubei, en Chine, le 21 janvier 2020.
Surveillance des scanners thermiques qui détectent les températures des passagers lors du contrôle de sécurité à l'intérieur de la gare de Hankou à Wuhan, dans la province du Hubei, en Chine, le 21 janvier 2020. China Daily via REUTERS

Il est urgent d'attendre. C'est ce qu'il ressort de la réunion de l'OMS consacrée au coronavirus détecté en Chine. L'agence de l'ONU pour la santé, qui devait dire mercredi 22 janvier si l'épidémie doit être classée urgence sanitaire de portée mondiale, a repoussé sa décision à ce jeudi. L'épidémie a déjà contaminé plus de 500 personnes et fait 17 morts, selon un bilan qui ne cesse d'augmenter.

Publicité

Les experts sont divisés, rapporte notre correspondant à Genève, Jérémie Lanche. C'est ce qu'a dit le président du comité d'urgence de l'OMS, le Français Didier Houssin. Si certains auraient souhaité que l'agence relève son niveau de vigilance, d'autres demandent plus d'informations sur un virus encore inconnu il y a quelques semaines.

Même si le virus semble stable pour le moment, la Chine a déjà prévenu qu'il pourrait muter. Ce qu'on sait, c'est que les deux tiers des personnes touchées sont des hommes. Trois quarts ont plus de 40 ans. Certaines personnes décédées avaient des problèmes de santé, selon l'OMS.

Pour le reste, on ne sait pas combien de personnes ont souffert de symptômes respiratoires bénins ou graves, ni quand elles ont été contaminées. On ne connaît pas non plus l'ampleur de la transmission entre humains. Un point particulièrement crucial pour déterminer s'il s'agit bien d'une urgence de portée mondiale.

Si l'OMS validait cette hypothèse, la lutte contre le coronavirus 2019-nCOv, c'est son nom provisoire, ne serait plus seulement l'affaire de la Chine mais de toute la communauté internationale. L'organisation mondiale n'a qualifié jusqu'ici d' « urgence internationale » que de rares cas d'épidémies nécessitant une réaction mondiale vigoureuse, dont la grippe porcine H1N1 en 2009, le virus Zika en 2016 et la fièvre Ebola, qui a ravagé une partie de l'Afrique de l'Ouest de 2014 à 2016 et la RDC depuis 2018.

Ce que l’on sait du virus apparu en Chine

► Le nouveau virus chinois est proche du Sras. De la famille des coronavirus, il provoque des symptômes grippaux chez les personnes infectées, pouvant aller jusqu'à des syndromes respiratoires sévères. La première alerte a été reçue par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) le 31 décembre 2019. Les autorités chinoises préviennent alors de l'émergence d'une série de cas de pneumonie d'origine inconnue dans la métropole de Wuhan, qui compte 11 millions d'habitants. Le virus est repéré dans un marché de gros de fruits de mer et de poissons.

► Ces pneumonies sont dues à un nouveau coronavirus [famille de virus], selon les premières analyses de séquençage du virus conduites par des équipes chinoises, annoncent le 9 janvier l'OMS et Pékin.

► Une rapide évolution : le 11 janvier, les autorités sanitaires chinoises font état d'un premier décès parmi les patients atteints. Un premier cas d'infection en dehors de la Chine, en Thaïlande, est signalé le 13 janvier par l'OMS. Des cas sont ensuite rapportés ailleurs en Asie : au Japon, en Corée du Sud et à Taïwan. Un premier cas suspect est annoncé aux États-Unis.

► Le 20 janvier, un expert chinois, Zhong Nanshana, confirme que la maladie se transmet entre humains. Près de la moitié des provinces chinoises sont touchées, y compris des mégapoles comme Pékin au nord, Shanghai à l'est et Shenzhen au sud. Le lendemain, le 21 janvier, l'Université de Hong Kong évalue à plus de 1 340 le nombre probable de cas à Wuhan, un chiffre qui s'approche des 1 700 cas estimés par des experts britanniques le 17.

► Le 22 janvier, les autorités chinoises avertissent que le nouveau coronavirus, qui se transmet par les voies respiratoires, « pourrait muter et se propager plus facilement ». Elles font état de 17 morts et de plus de 500 cas recensés.

► Les autorités chinoises annoncent que les trains et les avions au départ de Wuhan seront suspendus à partir de ce jeudi 23 janvier. À Genève, un comité ad hoc de l'OMS se réunit pour déterminer si le virus constitue une « urgence internationale », mais les discussions sont prolongées d'une journée pour parvenir à une décision.

(Avec AFP)

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.