Accéder au contenu principal

Kaboul, Washington et les talibans s'accordent sur une réduction des violences

L'émissaire américain pour la paix en Afghanistan, Zalmay Khalilzad lors d'un débat sur la chaîne de télévision Tolo à Kaboul, le 28 avril 2019.
L'émissaire américain pour la paix en Afghanistan, Zalmay Khalilzad lors d'un débat sur la chaîne de télévision Tolo à Kaboul, le 28 avril 2019. REUTERS / Omar Sobhani

Un accord de réduction des violences a été conclu entre les talibans, les américains et le gouvernement afghan. Ils se sont mis d’accord pour une réduction des violences sur une durée d’une semaine. L’annonce a été faite ce vendredi matin par le porte-parole du Conseil national de sécurité afghan.

Publicité

L’accord entrera en vigueur ce vendredi soir à minuit. Cela fait plus d’un an que l’envoyé spécial des États-Unis pour la paix en Afghanistan, Zalmay Khalilzad, négocie un accord en vue du retrait des troupes américaines d’Afghanistan, rapporte notre correspondante régionale, Sonia Ghezali. Ce retrait des troupes étrangères est la condition imposée par les talibans avant d’envisager toute discussion de paix avec les autorités afghanes dont ils ne reconnaissent pas la légitimité.

L’accord signé à ce jour entre talibans et américains n’annonce pas une trêve à proprement parler. Il s’agit plus d’une réduction des violences. C’est en quelque sorte un test pour chaque partie engagée dans le conflit. Américains, Talibans et gouvernement afghan se sont finalement entendus sur la signature d’un accord le 29 février, mais à une seule condition ont dit les Américains: la baisse des violences dans le pays pour une semaine à partir de ce soir.

Un préalable avant des négociations de paix

Concrètement, les talibans s’engagent à réduire leurs attaques, tandis que l’armée afghane et les soldats américains suspendent leurs opérations militaires contre les insurgés, indique notre correspondante à New YorkLoubna Anaki. Si ce cessez-le-feu partiel est respecté, l’accord qui devrait être signé entre les talibans et Washington ouvrira la voie à un processus de paix. Gouvernement et talibans entameront des discussions bilatérales afin de mettre au point une feuille de route pour sortir le pays de ce conflit.

« C’est un pas important sur la longue route qui mène à la paix », estime le secrétaire d’État américain Mike Pompeo, qui appelle les Afghans des deux camps à saisir cette opportunité. Mike Pompeo a reconnu qu’il restait des difficultés à dépasser, mais que cet accord s’il est conclu donne de l’espoir pour la suite. Cela signifierait notamment le retrait d’Afghanistan des troupes américaines et la fin de la plus longue guerre jamais menée par les États-Unis.

Les pourparlers entre Etats-Unis et talibans ont commencé il y a plus d’un an. Les rencontres ont eu lieu à Doha au Qatar et les discussions se sont toujours faites sans la présence d’aucun représentant du gouvernement de Kaboul.

L’annonce de ces sept jours de réductions des violences intervient dans un contexte de crise politique aiguë. Plusieurs candidats à la présidentielle de septembre dernier rejettent les résultats officiels annoncés il y a quelques jours et qui donnent vainqueur le président sortant Ashraf Ghani.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.