Accéder au contenu principal

Coronavirus: l'efficacité de la lutte contre l’épidémie à Taïwan

Une rue commerciale à Taipei, le 12 mars 2020. (Image d'illustration)
Une rue commerciale à Taipei, le 12 mars 2020. (Image d'illustration) REUTERS/Ann Wang

Alors que le virus progresse en France, l’épidémie est désormais largement contrôlée par certains pays et notamment à Taïwan. À quelque 200 km de la Chine, cet archipel revendiqué par Pékin avait pourtant tout pour être submergé par l’épidémie. Mais avec moins de 60 cas de contamination, le pays fait aujourd'hui figure de modèle.

Publicité

De notre correspondant à Taipei, Adrien Simorre

Trois petites pièces glissées dans une boîte. Cela suffit aux Taïwanais pour acheter chaque semaine leurs masques de protection. Depuis deux semaines, le gouvernement encadre leur distribution comme l’explique la pharmacienne Pei-Ching : « Les gens font la queue selon leur numéro d’assurance maladie et chaque personne a le droit d'acheter trois masques par semaine ».

Taïwan a pris au sérieux l’épidémie dès les premiers signaux. Restriction des entrées sur le territoire, traçage des personnes contaminées et enfin rationnement des masques.

Aujourd’hui, Taïwan compte moins de 60 personnes contaminées, un exploit en Asie.

► À lire aussi : Taïwan, un modèle dans la lutte contre le coronavirus

Dans la file d’attente, James, commercial en survêtement, ne porte même pas de masque. « Je n’ai pas peur, Taïwan contrôle très bien le virus ! Nous sommes vraiment satisfaits des mesures prises par le gouvernement », dit-il.

Quarantaine à tous les voyageurs en provenance d’Europe

L’efficacité du système de santé taïwanais n’est pas la seule explication. Taïwan est sous la pression de Pékin, qui revendique l’archipel comme étant une de ses provinces.

Les autorités taïwanaises ont donc été très sceptiques face à la communication de la Chine et de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Jean-Yves Heurtebise, maître de conférences à l’université Fu Jen, explique : « Taïwan a mis en place des mesures extrêmement tôt alors même que l’OMS disait au départ que cela ne servait à rien de fermer les frontières. Et ça, c’est quelque chose qui a été une tactique réussie ».

Malgré ces bons résultats, Taïwan ne baisse pas la garde. Depuis samedi dernier, l’archipel impose désormais une quarantaine à tous les voyageurs en provenance d’Europe, devenue le principal foyer de l’épidémie.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.