Accéder au contenu principal

Inde: le cyclone Amphan touche terre et fait déjà des dégâts

Nuages de pluie au-dessus de Calcutta. Le cyclone Amphan a d'ores et déjà touché la ville indienne, le 20 mai 2020.
Nuages de pluie au-dessus de Calcutta. Le cyclone Amphan a d'ores et déjà touché la ville indienne, le 20 mai 2020. DIBYANGSHU SARKAR / AFP

Le super cyclone Amphan a atteint la côte indienne, et a commencé à faire des dégâts. C’est l’une des tempêtes tropicales les plus fortes des dernières décennies avec des rafales à 175km/h. Amphan est arrivée par l’État du Bengale occidental, et a rapidement frappé sa capitale, l’énorme ville de Calcutta.

Publicité

De notre correspondant à New DelhiSébastien Farcis

La nuit vient de tomber sur Calcutta et la tempête entre en ville avec une puissance terrifiante. Les rafales à plus de 110 km/h emportent la pluie à l’horizontale. Les cocotiers sont fouettés comme de simples fougères et les 15 millions d’habitants de cette mégalopole sont plongés dans le noir.

L’électricité est coupée dans une grande partie de la ville, et à certains endroits, les fils électriques sont balayés par les vents et créent de violentes et dangereuses étincelles. 500 000 personnes ont été évacuées dans cet État du Bengale, principalement près des côtes inondables de ce delta du Gange, où le cyclone soufflait à 140 km/h en moyenne.

Cyclone et coronavirus

Les autorités veulent éviter que ces évacuations entraînent une transmission du coronavirus et affirment que les centres d’accueil seront occupés à seulement 50% de leur capacité, ce qui est un vrai défi considérant le nombre de personnes à loger.

Le cyclone Amphan va continuer sa route vers le nord-est et passer au Bangladesh pendant la nuit. Sa puissance devrait alors décroitre, pour souffler en son coeur, à 110 km/h.

 

D’autres abris encore ont été ouverts, pour permettre la distanciation sociale : car ces refuges peuvent être véritablement bondés. Si une personne a le Covid-19 les gens autour peuvent être infectés rapidement, parce qu’ils doivent rester cinq, six heures ou même plus dans ces abris. Donc le gouvernement a ouvert plus de refuges pour que les gens ne soient pas les uns sur les autres.

Azmat Ulla, Fédération de la Croix Rouge et du Croissant Rouge au Bangladesh

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.