Accéder au contenu principal

L'Afghanistan s'oriente vers trois jours de cessez-le-feu pour l'Aïd el-Fitr

Un soldat des forces armées afghanes dans la province de Ghazni, le 18 mai 2020.
Un soldat des forces armées afghanes dans la province de Ghazni, le 18 mai 2020. REUTERS/Mustafa Andaleb

Les talibans ont annoncé ce samedi 23 mai un cessez-le-feu à l'occasion de l'Aïd el-Fitr, la fête marquant la fin du ramadan qui doit débuter dimanche. Le président Ashraf Ghani a immédiatement accepté.

Publicité

Les talibans ont annoncé ce samedi 23 mai un cessez-le-feu à l'occasion de l'Aïd el-Fitr, la fête marquant la fin du ramadan qui débute dimanche 24 mai. Le président Ashraf Ghani a immédiatement accepté et s’est engagé à accélérer la libération de leurs prisonniers - une condition préalable des insurgés avant toute discussion intra-afghane pour entamer un processus de paix.

Les talibans ont surpris en déclarant unilatéralement 72 heures de trêve pour que les armes se taisent en Afghanistan pour que leurs concitoyens puissent célébrer les fêtes de l'Aïd. C’est la première fois que les insurgés font cette offre aux autorités afghanes depuis la chute de leur régime en 2001, suite à l’intervention des États-Unis dans le cadre d’une coalition, rapporte notre correspondante à Kaboul, Sonia Ghezali.

Pas d’offensive contre les forces de sécurité afghane : tel est le mot d’ordre donné aux combattants par la direction des talibans. Dans son communiqué, elle ordonne à ses combattants de « prendre des mesures spéciales pour la sécurité de leurs compatriotes, et ne pas lancer d'opérations offensives contre l'ennemi », mais ceux-ci pourront se défendre s'ils sont attaqués. Ils sont également intimés par ailleurs de ne pas se rendre dans les zones sous contrôle gouvernementale.

Le président afghan Ashraf Ghani a accepté l'offre talibane et a ordonné à ses troupes d'en respecter les modalités. « En tant que commandant en chef, j'ai indiqué à l'ANDSF (les forces nationales de défense et de sécurité, ndlr) de respecter cette trêve de trois jours et de ne se défendre qu'en cas d'attaque », a-t-il tweeté, saluant l'annonce des talibans. Fin avril, ces derniers avaient rejeté une offre de cessez-le-feu d'Ashraf Ghani à l'occasion du ramadan, qu'ils avaient qualifiée de « pas rationnelle ni convaincante ».

En échange, les autorités afghanes s’engagent à reprendre la libération de leurs prisonniers. 1 000 détenus talibans ont déjà été relâchés. Les insurgés ont exigé la libération de 5 000 de leurs hommes contre 1 000 agents gouvernementaux et membres des forces de sécurité afghane emprisonnés dans leurs geôles.

S’assoir à la table de négociations : un défi majeur pour Kaboul et les talibans

Les violences n’ont fait qu’augmenter dans le pays depuis la signature fin février à Doha d’un accord entre les talibans et les États-Unis visant à un retrait des troupes étrangères d'Afghanistan sous 14 mois en échange de contreparties sécuritaires. Les insurgés ont mené plus de 3 800 attaques depuis mars, tuant 420 civils et blessant 906 autres, selon les autorités afghanes lundi 18 mai. La Mission d'assistance onusienne en Afghanistan (Manua), dans un rapport paru mardi 19, a de son côté recensé 208 civils tués en avril par les rebelles, un chiffre en hausse de 25% par rapport à avril 2019.

Si les insurgés et le gouvernement disent être engagées à parvenir à un processus de paix, s’asseoir à la table des négociations reste un defi majeur auquel elles ne sont toujours pas parvenues.

Ashraf Ghani, qui multiplie depuis des années les requêtes de cessez-le-feu, était parvenu à un arrêt des combats de trois jours en juin 2018 à l'occasion de l'Aïd el-Fitr. De surprenantes scènes de fraternisation entre combattants talibans et membres des forces de sécurité afghanes étaient alors survenues, les deux camps s'étreignant et se prenant en photo. Les talibans ont également respecté une trêve partielle de neuf jours du 22 février au 2 mars à l'occasion de la signature de l'accord de Doha avec les Américains.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.