Accéder au contenu principal

Coronavirus: le docteur Hu Weifeng, collègue du lanceur d'alerte de Wuhan, est mort

Capture d'écran d'une vidéo montrant le docteur Hu Weifeng, la peau assombrie, après avoir été atteint du Covid-19.
Capture d'écran d'une vidéo montrant le docteur Hu Weifeng, la peau assombrie, après avoir été atteint du Covid-19. https://twitter.com/globaltimesnews/status/1267647268154306561?s

Après une longue bataille de quatre mois contre le coronavirus, le docteur Hu Weifeng est décédé ce mardi 2 juin en Chine. Il travaillait dans le même hôpital de Wuhan que le lanceur d'alerte, le docteur Li Wenliang. Selon les médias d'État chinois, sa peau s'était assombrie au cours de son traitement.

Publicité

Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

L'hôpital central de Wuhan aura payé un lourd tribut dans la lutte contre la pneumonie virale Covid-19. Après quatre mois à se battre contre la maladie, le docteur Hu Weifeng est décédé ce mardi à l'âge de 42 ans. Il est le cinquième médecin de l'établissement à y avoir laissé sa vie, après qu'au moins 69 soignants ont été testés positifs le 9 février dernier.

Après avoir contracté la maladie auprès de ses patients mi-janvier, son état s'est vite détérioré. Comme celui de ses collègues ophtalmologistes Zhu Heping, 66 ans, Mei Zhongming, 57 ans, Jiang Xueqing, 56 ans, et le célèbre docteur Li Wenliang, le premier à succomber de l'infection.

Cet urologue avait découvert le coronavirus sans bénéficier de protection appropriée. Et pour cause : la transmission interhumaine du virus tueur n'était pas encore officielle. Après trois mois aux soins intensifs, Hu Weifeng a subi une intervention chirurgicale le 22 avril dernier qui l'a plongé dans le coma jusqu'à sa mort. Une vidéo montrant son visage ainsi que celui d'un autre médecin à la peau devenue foncée, en raison de lésions hépatiques au deuxième mois de traitement, est devenue virale sur le web chinois.

Ce mardi, l'annonce de la disparition du « docteur à la peau noire » a entraîné une avalanche d'hommages sur le réseau Sina Weibo. Ses proches aimeraient qu'on s'en souvienne autrement, et notamment comme quelqu'un qui, lui aussi, a tenté d'alerter d'autres personnels, dont le capitaine de l'équipe de football de l'hôpital, leur demandant d'arrêter les sports d'équipes en raison d'une mystérieuse épidémie qui ne disait pas encore son nom.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.