Accéder au contenu principal
Vitrine

" Le Paris de Patrick Jouin" s’expose à São Paulo

Patrick Jouin

Dans le cadre de l’Année de la France au Brésil (du 21 avril au 15 novembre 2009) l’Institut Tomie Ohtake accueille la première exposition monographique de Patrick Jouin. Objets du quotidien, architecture intérieure et décoration de grands hôtels et restaurants, mobilier urbain pour la ville de Paris : ce sont plus de 150 créations parmi une cinquantaine de projets réalisés au cours des dix dernières années par le designer et son équipe qui sont présentées aux visiteurs brésiliens du 29 juillet au 27 septembre 2009.

Publicité

C’est le restaurant le « 58 » au premier étage de la Tour Eiffel qui a été choisi pour la présentation parisienne de l’exposition Le Paris de Patrick Jouin. Pas seulement pour faire aux Brésiliens venus à Paris pour la circonstance les honneurs du plus célèbre des monuments et de sa vue imprenable, mais aussi en parfaite cohérence avec ce projet puisque la rénovation du lieu, récemment rouvert au public, est signée de Patrick Jouin. Comme celle aussi du restaurant gastronomique du deuxième étage de la Tour, le Jules Verne d’Alain Ducasse.

De plus, on peut dire que la Tour Eiffel est elle-même un objet de design, avec cette alliance réussie de l’innovation et de la prouesse techniques avec le souci esthétique, sans oublier la fonctionnalité (antenne, ascenseurs…). Ce que met en évidence une exposition actuellement présentée dans la Tour, à l’occasion de ses 120 ans.

Le design, vitrine d’une création dynamique

Station Vélib' (vélos en location)
Station Vélib' (vélos en location) Patrick Jouin

Le design français est donc à l’honneur en cette Année de la France au Brésil, avec l’un de ses jeunes représentants. Un choix qui répond à la volonté de montrer une image de la France « qui n’est pas seulement celle de son héritage intellectuel, de son patrimoine, mais aussi celle du XXIe siècle avec une création dynamique, capable de ‘transversalité’ », explique Anne Louyot, commissaire générale de l’Année de la France au Brésil. Le design, au carrefour « du monde de l’art, de l’urbanisme, de l’économie », lieu de « convergence entre différentes formes d’expression personnelle et publique », avec ses représentants  français qui ont acquis une notoriété internationale, est apparu comme un bon vecteur pour mettre en avant cette France « flexible ».

Flexible, Patrick Jouin l’est sûrement, de la spatule à Nutella ou du tabouret One Shot au restaurant du Plazza Athénée à la boutique Van Cleef & Arpels, en passant par les toilettes publiques ou les stations de Vélib parisiennes. Un éclectisme et un talent qui ont séduit Ricardo Ohtake, le directeur de l’Institut qui accueille l’exposition consacrée au designer français, lequel, dit-il, «  fait des choses aussi belles à petite qu’à grande échelle ».

Patrick Jouin et le Brésil 

Ricardo Ohtake et Patrick Jouin
Ricardo Ohtake et Patrick Jouin Danielle Birck/RFI

Visiblement le courant est passé très fort entre le jeune designer et le jeune institut inauguré fin 2001 et dédié aux arts visuels à l’architecture et au design. Il faut dire aussi quez le Brésil n’est pas vraiment une terra incognita pour Patrick Jouin qui s’y est rendu en 1999, un an après avoir fondé son agence à Paris, qu’il y a rencontré Oscar Niemeyer qui a dessiné devant lui ses projets de musées. Résultat : il a dans son bureau  un grand dessin de Niemeyer, lequel exerce toujours sur lui « une influence très forte, avec cette liberté de conception et de dessin ».  

Dans la foulée,  il mentionne une autre rencontre importante, avec le grand chef Alain Ducasse : « Je ne serais pas là, dit-il, s’il ne m’avait pas  demandé de dessiner une assiette ». Et celui qui se voyait au sortir de l’Ecole nationale supérieure de Création industrielle (Ensci) « dessiner des perceuses », s’est lancé dans le design industriel et le design et  l’architecture d’intérieur, le mobilier urbain  ou la scénographie. Ce qui fait que depuis 2008, il déploie ses activités autour de deux agences distinctes : Patrick Jouin ID, pour le design industriel  et Jouin Manku, pour l’architecture et le design d’intérieur, avec son associé Sanjit Manku.

Patrick Jouin

C’est essentiellement aux projets réalisés en France que s’attache l’exposition de São Paulo, déclinés sur quelque 800 mètres carrés, dans quatre espaces  : Paris urbain, Les vitrines de Paris, consacré au design industriel et au mobilier urbain avec une scénographie qui  s’inspire des façades parisiennes avec leurs boutiques ; Tables étoilées, qui recrée l’ambiance des restaurants créés pour Ducasse ;   W Hotels concept, où une chambre « hors normes »,  une sorte de projection dans la futur a été réalisée par l’agence spécialement pour l’exposition ; enfin une dernière séquence, Technologies innovantes, présente notamment la série de sièges réalisés en 2005 en stéréolithographie (une technique qui permet de fabriquer des objets solides à partir d'un modèle numérique ).

L’exposition consacrée à Yves Saint-Laurent à Rio viendra à peine de se refermer quand s’ouvrira celle de Patrick Jouin à São Paulo, et peut-être aussi dans d'autres villes brésiliennes ...

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.