Accéder au contenu principal
Santé/Afrique/Bénin

Faux médicaments: Chirac appelle à la mobilisation

Jacques Chirac au Burkina Faso, lors du 7ème Forum mondial sur le développement durable, en compagnie du Premier ministre guinéen, Kabine Komara, le 11 octobre 2009
Jacques Chirac au Burkina Faso, lors du 7ème Forum mondial sur le développement durable, en compagnie du Premier ministre guinéen, Kabine Komara, le 11 octobre 2009 AFP

Après avoir participé au 7e forum mondial sur le développement durable à Ouagadougou, au Burkina Faso, l'ancien président français lance ce lundi dans la capitale béninoise  « l'appel de Cotonou ». Un prélude à une campagne de mobilisation de sa Fondation contre les faux médicaments qui font chaque année des dizaines de milliers de morts dans le monde, notamment en Afrique.

Publicité

En choisissant Cotonou pour lancer son appel contre le trafic de faux médicaments, Jacques Chirac met de son côté au moins trois chances d’être entendu.

D’abord, dans la pure tradition gaullienne, il lance un de ces appels dont il a le secret.
Ensuite, la capitale du Bénin est située à une trentaine de kilomètres du Nigeria. A cette frontière de la Zone franc, la pression de la contrebande est telle que les efforts des autorités béninoises pour lui tordre le cou n’ont jamais eu raison d’elle, notamment la contrebande de faux médicaments.

Enfin, Cotonou s’enorgueillit de son laboratoire de pointe pour le contrôle de la qualité des médicaments. « Il faut dire qu’avec un chiffre d’affaires de 45 milliards d’euros, estime l’OMS (Organisation mondiale de la santé), le trafic de médicaments frelatés pèse désormais 10% du marché pharmaceutique mondial. Une cote d’alerte responsable, selon l’OMS, de ceux cent mille décès par an ».

En Afrique, les ravages sont alarmants. Des ampoules de vaccin remplies d’eau distillée qui ne vaccinent rien du tout aux gélules garnies d’amidon en lieu et place de l’antibiotique indispensable à la guérison, les médicaments falsifiés y font des ravages et la fortune de truands qui engrangent des profits supérieurs à ceux du trafic de drogue.

C’est donc un appel à la mobilisation internationale qui est lancé à Cotonou pour châtier ces semeurs de morts, renforcer et harmoniser le contrôle de qualité des médicaments et sensibiliser le public à cette priorité mondiale. Jacques Chirac propose, par ailleurs, la tenue d'une conférence internationale sur ce sujet, qui constitue selon lui « une urgence de santé publique ».

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.