Accéder au contenu principal
Bénin

Faux médicaments: Chirac emporte l'adhésion

Jacques Chirac (G) et Thomas Boni Yayi, le président béninois signent l'appel contre les faux médicaments, à Cotonou, le 12 octobre 2009.
Jacques Chirac (G) et Thomas Boni Yayi, le président béninois signent l'appel contre les faux médicaments, à Cotonou, le 12 octobre 2009. AFP

Sept dirigeants africains se sont joints à l'ancien président français Jacques Chirac pour lancer au Bénin «l'appel de Cotonou» contre le commerce des faux médicaments dont les victimes se comptent par dizaines de milliers. - Les chefs d'Etat du Bénin, du Togo, du Sénégal, du Burkina Faso, du Congo Brazzaville, du Niger et de la République Centrafricaine, - ainsi que de représentants de l’Europe, de l’Asie, de l’Amérique latine et de l’Union africaine étaient aux côtés de Jacques Chirac.

Publicité

Cotonou, lundi, avait de quoi pavoiser. Après la victoire de ses footballeurs contre le Ghana dimanche, la capitale du Bénin accueillait sept chefs d’Etat africains en exercice venus signer l’appel contre les faux médicaments, lancé par Jacques Chirac, lequel n’avait pas de mots assez durs pour fustiger ce très rentable trafic : « De toutes les inégalités, la plus blessante, c’est l’inégalité devant la santé. L’économie criminelle des faux médicaments me révolte, comme vous, et le mot révolte est faible (...) Qu’on ne me dise pas qu’il ne s’agit pas là en réalité d’un crime ! ».

Un médicament sur quatre utilisé dans les pays en développement est faux, a déploré Jacques Chirac, qui en appelle à l’organisation d’une conférence mondiale l’an prochain à Genève pour préparer une convention internationale contre ce que les Africains appellent « les médicaments des rues ».

Jean-Louis Borloo, ministre français de l'Environnement sur les faux médicaments "le mot est trop gentil..."

Bien sûr, l’hôte de ce sommet se devait de rendre hommage à l’ancien chef de l’Etat, que l’on n’avait plus vu en Afrique depuis la fin de son mandat en avril 2007. Le président béninois, Boni Yayi : « Monsieur le président Jacques Chirac, vous êtes incontestablement un des grands hommes d’Etat dans le monde ayant pris fait et cause pour le continent africain. Cette initiative louable apporte une nouvelle fois la preuve que vous êtes réellement un ami de l’Afrique ».

Dans les rues de Cotonou lundi soir, la vie reprenait son cours habituel et les vendeurs de médicaments leurs affaires.

Au Bénin, environ 85% de ses habitants dépendent de faux médicaments qu'ils achètent à plus de 10 000 marchands de rue ou sur les marchés, a souligné Laurent Assolgbathe, directeur national de la protection sanitaire du Bénin.

Au Mali également, des milliers de pseudo pharmacies, d'étals et de marchands de rue vendent des médicaments contrefaits à bas prix.

Mali Reportage sur les faux médicaments "Pharmacies par terre" de Serge Daniel

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.