Accéder au contenu principal
France / Sécurité

Deux fichiers pour renforcer la police

Deux nouveaux fichiers de police ont été mis en service ce dimanche. L'un porte sur la prévention des atteintes à la sécurité publique, l'autre sur les enquêtes administratives liées à cette même sécurité publique. Ces deux bases de données policières remplacent le fameux fichier « Edvige », établi en juillet 2008 et retiré après de vives protestations des associations de défense de droits de l'homme et de l'opposition de gauche. 

Publicité

Il portait un nom un peu suranné, « Edvige », mais les associations des droits de l'homme ainsi que les partis de gauche jugeaient ce fichier policier dangereux. Leurs critiques violentes portaient sur les données sensibles qu'il prévoyait de recenser. A savoir, appartenance ethnique, opinions politiques, religieuses et même orientation sexuelle.

Pour la première fois, le fichage des mineurs, dès l'âge de 13 ans, était autorisé et cela sur la seule base de leur dangerosité présumée.

Après une violente polémique donc, ce fichier avait été rapidement retiré. Il est aujourd'hui remplacé par deux nouvelles bases de données qui, selon le ministre de l'Intérieur, respectent les libertés individuelles.

Plus question donc de collecter des données personnelles et intimes, quant aux mineurs, ils pourront être fichés mais auront un droit à l'oubli, ce qui n'était pas le cas dans « Edwige ».

La première base de données de ce nouveau fichier vise à cibler les bandes et les hooligans qui pourraient porter atteinte à la sécurité publique. La seconde, relative aux enquêtes administratives liées à la sécurité publique, porte sur les postulants à un emploi dans la police ou la gendarmerie ou encore dans des secteurs jugés sensibles comme les aéroports ou les centrales nucléaires.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.