Accéder au contenu principal
Colombie / Etats-Unis

Un accord militaire controversé

Un soldat colombien sur la base militaire colombienne de Palanquero, à Puerto Salgar, le 12 juillet 2009.
Un soldat colombien sur la base militaire colombienne de Palanquero, à Puerto Salgar, le 12 juillet 2009. AFP/Luis Ramirez

C’est ce vendredi que doit être signé l’accord militaire entre les Etats-Unis et la Colombie. Un accord qui permet à l’armée américaine d’utiliser sept bases militaires sur le sol colombien et d’y stationner 800 soldats et 600 civils. Mais sur le continent sud-américain, cet accord a provoqué un véritable tollé.

Publicité

C'est le président Hugo Chavez qui a mené le mouvement de contestation. Le leader de la gauche radicale latino-américaine voit d'un très mauvais œil la présence de troupes américaines de l'autre côté de la frontière. Son pays, le Venezuela, a donc gelé ses relations commerciales avec la Colombie. 

Mais sur le continent, la contestation a largement dépassé les rangs de la gauche. Un sommet spécial de l'Unasur a été convoqué durant l'été. Les pays latino-américains, Brésil et Chili inclus, ont dit craindre pour leur souveraineté. Et se sont élevés contre toute ingérence américaine.

Pour les Etats-Unis, il s'agit officiellement de renforcer la lutte contre le trafic de drogue. En contrepartie de l'utilisation des sept bases colombiennes, Washington va investir dans l'infrastructure militaire. Un fonds de quarante-six millions de dollars a déjà été débloqué pour moderniser la base aérienne de Palanquero, non loin de Bogota.  

La Colombie, principal allié des Etats-Unis dans la région, va donc largement bénéficier de cet accord. Selon Bogota, la majorité des Colombiens y seraient favorables. Pourtant, le président Alvaro Uribe n'a pas souhaité que l'accord soit ratifié par le Parlement. L'ensemble du texte n'a d'ailleurs jamais été rendu public. De quoi raviver la méfiance des voisins de la Colombie.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.