Accéder au contenu principal
Etats-Unis

Climat : les petits pas

la pollution des usines à Changzhi, dans la province de Shanxi.
la pollution des usines à Changzhi, dans la province de Shanxi. REUTERS/Stringer

Face à l’extrême prudence du Congrès, la Maison Blanche ne compte pas sur une adoption finale du projet avant les premiers mois de 2010.

Publicité

C’était l’une des promesses ambitieuses de Barack Obama lors de sa campagne présidentielle : malgré la crise économique, son administration se fixerait des objectifs chiffrés, à savoir ramener les émissions de gaz à effet de serre à leur niveau de 1990 d’ici 2020, puis les abaisser de 80% supplémentaires d’ici 2050. Sur le dossier du réchauffement climatique encore, Barack Obama a voulu la rupture avec son prédécesseur George Bush qui a toujours refusé de prendre des engagements chiffrés. 

Un an après son élection, le résultat est pour le moins dégrisant : à l’ouverture du sommet mondial sur le changement climatique, le mois prochain, à Copenhague, le projet de loi américain sur les gaz à effet de serre n’aura été voté, au mieux, que par la commission de l’Environnement du Sénat. Pour que le texte de 800 pages soit approuvé par le Congrès, il faut compter encore plusieurs mois de débat.

Car l’opposition républicaine réclame une analyse complète du coût du plan ainsi que davantage de dispositions pour développer l’énergie nucléaire. Au sein du camp démocrate, le projet ne fait pas non plus l’unanimité. Les 60 voix sur 100 dont dispose la majorité au Sénat sont encore loin d’être acquises. Certains démocrates issus d’Etats dépendant du charbon ou du pétrole, se montrent peu enthousiastes. Les membres modérés de la famille politique de Barack Obama craignent, eux, que la nouvelle loi puisse faire monter les prix de l’énergie pour les consommateurs. Face à l’extrême prudence du Congrès, la Maison Blanche ne compte pas sur une adoption finale du projet avant les premiers mois de 2010. Ce qui signifie que Barack Obama ira à Copenhague en décembre les mains vides – ou presque. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.