Accéder au contenu principal
Birmanie

Une délégation américaine à Rangoun

Kurt Campbell (g), secrétaire d’Etat adjoint américain, et son adjoint le député Scot Marciel (d), de la délégation américaine, sont arrivés en Birmanie, le 3 novembre 2009.
Kurt Campbell (g), secrétaire d’Etat adjoint américain, et son adjoint le député Scot Marciel (d), de la délégation américaine, sont arrivés en Birmanie, le 3 novembre 2009. AFP/Tim Sloan - AFP/Stringer

Une délégation de hauts responsables américains est arrivée ce mardi en Birmanie. Pour la première fois, depuis près de quinze ans, des représentants du département d'Etat vont entamer des discussions avec des responsables de la junte. Cette visite est la première manifestation concrète de la nouvelle politique de l'administration Obama à l'encontre de la Birmanie. 

Publicité

 Pour le président américain cette délégation, annoncée comme la plus importante depuis 1995 n'a qu'un objectif : tester la Birmanie sur sa réelle capacité à pratiquer l'ouverture.

Difficile mission donc pour le sous-secrétaire d'Etat, Kurt Campbell, car il s'agit pour lui de faire pression sur le gouvernement birman sans prendre le risquer de le braquer et d'engager un dialogue constructif sans apparaître complice d'une dictature. Pour tenter d'y voir plus clair, le diplomate américain rencontrera ce mardi à Naypyidaw le Premier ministre birman.

Dans la nouvelle capitale du pays, le généralissime Than Shwe, numéro un de la junte devrait, en revanche, rester inaccessible. Ce qui jette un doute sur les véritables intentions des généraux.

Mercredi, Kurt Campbell devrait se rendre à Rangoun pour s'entretenir avec la prix Nobel de la paix, Aung San Suu Kyi, qui souhaite désormais jouer un rôle de médiatrice entre l'Occident et le gouvernement birman en vue de la levée des sanctions économiques.

Les Etats-Unis savent que la junte veut sortir de son isolement mais restent prudents quant à d'éventuels progrès. Les partisans d'Aung San Suu Kyi n'attendent d'ailleurs rien de concret de cette visite qu'ils considèrent simplement comme un bon début.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.