Accéder au contenu principal
Etats-Unis

Iran : le blocage

Washington plaide pour le dialogue avec le pouvoir iranien incarné par son président Mahmoud Ahmadinejad.
Washington plaide pour le dialogue avec le pouvoir iranien incarné par son président Mahmoud Ahmadinejad. REUTERS/Lucas Jackson

Conformément aux engagements de campagne du candidat Obama, Washington plaide pour le dialogue, plutôt qu'en faveur d'un recours à la force, privilégié par certains éléments de l’administration précédente, ainsi que par Israël.

Publicité

 

Barack Obama a choisi « Nowrouz », le nouvel an iranien, pour inaugurer une nouvelle ère dans les relations entre les Etats-Unis et l'Iran, via une vidéo postée sur le site de la Maison Blanche. Une véritable rupture avec George Bush : plus question d' « axe du mal ». Barak Obama rend hommage à la grandeur de la civilisation iranienne et cite un vers de Saadi, le grand poète de la Perse médiévale « Les enfants d'Adam sont des membres d'un même corps, créés d'une même essence ».

Pour le président américain, l'Iran a « le droit » de prendre la place qui lui revient dans la communauté des nations. « Vous avez ce droit, cependant cette place ne peut être obtenue par la terreur et les armes, elle ne peut l'être que par des actions pacifiques qui démontrent la véritable grandeur du peuple et de la civilisation iraniens », précise-il, en évitant néanmoins d'évoquer l'épineux dossier nucléaire. C'est pourtant, actuellement, le sujet principal de tension entre l'Iran et l'Amérique.

Conformément aux engagements de campagne du candidat Obama, Washington plaide pour le dialogue, plutôt qu'en faveur d'un recours à la force, privilégié par certains éléments de l’administration précédente, ainsi que par Israël.

Même si le président américain condamne la violente répression des manifestations en Iran,  contre la présidentielle controversée du 12 juin dernier, en affirmant que la légitimité de la réélection de Mahmoud Ahmadinejad pose de « sérieuses questions », il maintient toutefois sa politique d'ouverture.

Le 1er octobre, des représentants américains et iraniens se rencontrent en marge des négociations de Genève sur le dossier nucléaire. Ces pourparlers, toujours en cours, portent sur un projet de suspension de l'enrichissement d'uranium par Téhéran, en échange de l'enrichissement d'une grande partie du minerai par la Russie et par la France. Les autorités iraniennes n'ont toujours pas rendu de réponse définitive.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.