Accéder au contenu principal
Niger

Le Nigeria ferme ses frontières aux marchandises

Fouille des véhicules à la frontière entre le Nigeria et le Niger.
Fouille des véhicules à la frontière entre le Nigeria et le Niger. AFP/Natasha Burley

Les frontières entre les deux Etats sont fermées depuis le mardi 3 novembre. Les camions de marchandises sont bloqués. Abuja et Niamey n’ont pas donné d’explications, malgré l’inquiétude qui se manifeste chez les Nigériens qui dépendent beaucoup de leur grand voisin du Sud.

Publicité

Depuis prés de trois jours, maintenant, la frontière entre le Niger et le Nigeria est fermée tant au niveau de Konni (Birni-Nkonni), comme de Maradi ou de Zinder. Les deux pays ont en commun 1 500 kilomètres de frontière. Ce sont les camions de marchandises qui ne peuvent ni rentrer ni sortir du Nigeria. Officiellement, aucune explication n'est venue d'Abuja ou de Niamey. Dans le sud du Niger, on ne parle plus que de la fermeture de la frontière avec le Nigeria. Le blocus inquiétude tout le monde.

 
Le Niger est très dépendant du grand voisin nigérian pour de nombreux produits comme les céréales, les carburants ou les produits manufacturés. Or, c'est bien le fret qui est visé. Les passagers ne sont pas concernés par cette interdiction de voyager vers le Nigeria. Selon Mahama Dankouri, secrétaire général du Syndicat des conducteurs des gros porteurs, à Maradi, « on a constaté que des camions de transport de l’autre côté (de la frontière) ne sont pas rentrés pour effectuer leur chargement. Et, du côté du Niger, les camions sont là, garés, depuis avant-hier ». Il a ajouté que « tout le monde est au courant que vraiment entre le Nigeria et la frontière du Niger il y a un blocage dont nous-mêmes ne connaissons pas la cause ».
 

L. Mouaoued/RFI

Sur place à Maradi ou à Zinder personne ne sait d'où vient exactement cette décision. Aucune autorité politique à Abuja ou à Niamey ne s'est jusqu'ici exprimée sur cette fermeture de frontière. Pourtant, sur le terrain, les populations locales nigériennes font le lien avec l'isolement politique de leur pays depuis le référendum constitutionnel d'août dernier. Et beaucoup voient dans ce blocus une mesure très politique, de rétorsion de la part du Nigeria. Selon El Hadj Issaka Sido, secrétaire général du syndicat des transporteurs de marchandises de Maradi, « quand on pose la question aux douaniers nigérians, ils disent que c’est venu d’en haut. C’est une affaire politique entre nos deux pays. Les gens sont inquiets de cette situation ».  

 
Depuis le 20 octobre le Niger est suspendu de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Mais, officiellement, aucun embargo n'a été décrété de la part de ses partenaires.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.