Accéder au contenu principal
THAILANDE / CAMBODGE

Nouveau coup de froid diplomatique

Le Cambodge a renforcé la sécurité de son ambassade à Bangkok suite à ce nouveau coup de froid diplomatique.
Le Cambodge a renforcé la sécurité de son ambassade à Bangkok suite à ce nouveau coup de froid diplomatique. REUTERS/Chaiwat Subprasom

Le gouvernement thaïlandais a rappelé son ambassadeur à Phnom Penh pour protester contre la nomination de l'ex-Premier ministre thaïlandais Thaksin Shinawatra comme conseiller du gouvernement cambodgien. Thaksin avait été condamné l'an dernier à deux ans de prison pour abus de pouvoir. Il vit depuis en exil. Le Cambodge a rappelé à son tour, jeudi, son ambassadeur à Bangkok.

Publicité

Avec notre correspondant à Bangkok, Arnaud Dubus

La Thaïlande a finalement retiré ses gants. Pendant deux semaines, le Premier ministre thaïlandais Abhisit Vejjajiva était resté de marbre face aux déclarations de son homologue cambodgien Hun Sen. Celui-ci avait annoncé, en plein sommet des Nations d'Asie du Sud-Est, qu'il allait nommer Thaksin Shinawatra conseiller économique du gouvernement cambodgien.

Cette nomination a été officialisée jeudi par le roi du Cambodge. Thaksin l'a accepté avec effusion.

Il devenait impossible pour Abhisit Vejjajiva de recevoir cette gifle sans réagir. L'ambassadeur thaïlandais est rappelé à Bangkok.  La coopération bilatérale est suspendue. Et les différents accords entre les deux pays vont être réexaminés.Pour le gouvernement de Bangkok, la nomination de Thaksin est une insulte au système judicaire thaïlandais.

Les relations entre Bangkok et Phnom Penh s'étaient déjà fortement détériorés l'an dernier à propos du temple de Preah Vihear, lequel appartient au Cambodge, mais dont les environs sont revendiqués par la Thaïlande. Cette crise n'en est qu'à son début. On peut compter sur le bouillant Hun Sen pour pour s'épandre en déclarations incendiaires. Les relations entre Bangkok et Phnom Penh n'ont jamais été aussi mauvaises depuis l'incendie de l'ambassade thaïlandaise à Phnom Penh en 2003. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.