Accéder au contenu principal
Afghanistan / France

Karzaï corrompu, mais légitime pour Bernard Kouchner

وزیر امور خارجه فرانسه
وزیر امور خارجه فرانسه AFP/Romeo Gacad

« Le président afghan Hamid Karzaï est corrompu» et «l’ Otan ça ne fonctionne pas du tout en Afghanistan». C'est le ministre français des Affaires étrangères qui l'a dit au New York Times. Des propos qui contrastent avec les habitudes de la diplomatie, mais qui ne surprennent pas dans  bouche de Bernard Kouchner. 

Publicité

Bernard Kouchner a parfois des fulgurances qui trahissent son devoir de réserve. «Karzaï est corrompu, OK et alors…», dit-il au New York Times. La corruption, elle est partout : « Il faut compter avec cette corruption, mais il faut travailler avec monsieur Karzaï parce que c'est notre homme là bas».

Comprenez donc que la France travaille avec un président corrompu parce qu'il n'y a pas d'autre alternative. Le porte-parole du Quai d'Orsay ne dément pas les propos de son ministre. Bernard Valéro tente tout de même de corriger le tir : « Je crois qu'au-delà de ce que les uns et les autres peuvent dire, la situation en Afghanistan est suffisamment grave. Nous sommes mobilisés afin de trouver les bonnes solutions ».

Mais alors comment trouver les bonnes solutions quand explique Bernard Kouchner «l'OTAN ça ne marche pas en Afghanistan».
Bernard Valéro insiste : «Nous souhaitons une coopération et une concertation accrue, d'abord entre Européens ».

Un souhait certes mais apparemment qui ne marche pas selon les dires du ministre. Mais le porte-parole du chef de la diplomatie française demeure confiant : « Nous y travaillons, nous y travaillons. Et c'est ce que le ministre également a rappelé. Nous y travaillons ».

A l'Elysée, Nicolas Sarkozy, en marge d'un sommet franco-polonais, déclare : « Nous travaillons avec le président Karzaï mais nous restons engagés de façon déterminée pour les aider à réussir ».

C'est ce message que portera le ministre français des Affaires étrangères lorsqu'il se rendra à Kaboul à la cérémonie d'investiture du président Karzaï. « Parce que c'est notre homme là-bas», insiste Bernard Kouchner.

Bref, l'homme de la France et des Occidentaux.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.