Accéder au contenu principal
ONU / Proche Orient

Le rapport Goldstone approuvé par l'Assemblée générale de l'ONU

Au nord de la bande de Gaza, dans le camp de réfugiés de Jabalia, les vestiges d'un immeuble détruit lors de l'offensive israélienne "Plomb durci".
Au nord de la bande de Gaza, dans le camp de réfugiés de Jabalia, les vestiges d'un immeuble détruit lors de l'offensive israélienne "Plomb durci". AFP/Mahmud Hams

La résolution, présentée par les pays arabes, approuve les conclusions du rapport sur l'intervention militaire israélienne de l'hiver dernier dans la bande de Gaza. Il est demandé aux Israéliens et aux Palestiniens d'ouvrir - dans les trois mois - des enquêtes indépendantes sur les graves violations des droits de l'homme signalées dans le rapport.

Publicité

 Avec notre correspondant à New York, Philippe Bolopion

L'ambassadeur adjoint d'Israël aux Nations unies, Daniel Carmon, réagit au vote de l'Assemblée

Cette résolution n’est pas juridiquement contraignante. Elle ne forcera pas Israël et le Hamas à procéder à des enquêtes crédibles sur les allégations de crimes de guerre. Mais pour les pays arabes, le texte a le mérite de garder en vie le rapport Goldstone.

L’Assemblée générale demande au secrétaire général de l’ONU de surveiller les enquêtes des deux camps, et le cas échéant, de ramener le dossier devant le Conseil de sécurité.

Le poids de la résolution est symbolique et politique. Sur les 192 pays membres de l’ONU, 114 pays l’ont soutenue. Seuls 18 pays ont voté contre, avec parmi eux les Etats-Unis et Israël. Jusqu’à la dernière minute, les pays de l’Union européenne ont essayé d’obtenir des concessions qui leur auraient permis de voter en faveur de la résolution.

Mais les pays arabes les plus fermes ont eu le dernier mot. Ils ont tenu à ce que le texte fasse référence à un rapport du Conseil des droits de l’homme, jugé par beaucoup d’Européens injuste envers Israël. Du coup, le bloc européen a implosé. La plupart des pays de l’UE comme la France ou le Royaume-Uni se sont abstenus. Certains, comme l’Irlande, ont voté pour la résolution, et d’autres, comme l’Allemagne ou l’Italie, ont voté contre, faisant voler en éclat toute illusion d’une position commune sur ce dossier.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.