Accéder au contenu principal
IRAN / AIEA

Des révélations inquiétantes sur le programme nucléaire iranien

Le siège de l'AIEA à Vienne.
Le siège de l'AIEA à Vienne. AFP

Le journal britannique The Guardian accuse, dans son édition de vendredi, l’AIEA de maintenir secret un document dans lequel l’agence demande des explications à l’Iran concernant des essais de têtes nucléaires à un stade avancé. Mais pour l’agence de Vienne, il n’y a là rien d’inquiétant.

Publicité

Avec notre correspondant au siège de l’AIEA à Vienne, Blaise Gauquelin

Une information à couper le souffle, estime The Guardian : les scientifiques iraniens maîtriseraient si bien la technologie sur les matières fissiles qu’ils en seraient aujourd’hui à tester des têtes nucléaires. Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne le sauraient d’ailleurs depuis bien longtemps, mais garderaient ces informations secrètes, comme l’AIEA, pour ne pas effrayer la population et garder une marge de négociation.

Pourtant, à l’agence de Vienne, on répond calmement que cette information - nullement secrète - fait simplement partie de l’un des nombreux rapports fournis par les services spéciaux occidentaux, rapports qui ne sont pas de la première fraîcheur et qui, comme beaucoup d’autres, sont en cours d’analyse.

Jointe par RFI, une source émanent de l’agence explique surtout que cette information n’a pas été confirmée par les experts en nucléaire, dépêchés la semaine dernière depuis l’Autriche pour inspecter sur place longuement et apparemment librement le site de Qom. D’ailleurs, dans une interview au New York Times, le directeur général de l’agence a estimé jeudi que rien d’inquiétant n’avait été trouvé dans ce qui ressemble plus à un bunker qu’à un laboratoire secret. Autrement dit : il y a encore du temps pour la négociation.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.