Accéder au contenu principal
Proche-Orient

Imposer l'indépendance, une option pour les Palestiniens

Des milliers de Palestiniens ont manifesté pour exhorter Mahmoud Abbas à revenir sur sa décision de ne pas briguer un deuxième mandat.
Des milliers de Palestiniens ont manifesté pour exhorter Mahmoud Abbas à revenir sur sa décision de ne pas briguer un deuxième mandat. Reuters/Ammar Awad

L’idée d’une déclaration d’indépendance unilatérale fait son chemin parmi les dirigeants Palestiniens. Le Premier ministre Salam Fayyad, fort du soutien d’une partie de la communauté internationale, espère ainsi forcer la main aux Israéliens.

Publicité

Avec notre correspondant à Ramallah, Karim Lebhour

« Nous ne pouvons pas attendre qu’Israël mette fin à l’occupation. Ils ne le feront jamais ! », a déclaré le Premier ministre palestinien, Salam Fayyad, après l’annonce par le président Abbas de sa décision de ne pas se représenter aux élections générales palestiniennes, prévues en principe le 24 janvier, mais qui pourraient être repoussées en raison des divisions internes palestiniennes.

Salam Fayyad estime que les Palestiniens ne doivent pas compter sur un accord de paix. Au mois d’août dernier, le chef du gouvernement a présenté son plan pour l’établissement d’un Etat palestinien dans les deux ans. Ce plan contient une clause explosive donnant la possibilité aux Palestiniens de déclarer unilatéralement leur indépendance et de mettre Israël devant le fait accompli.

Cette éventualité a déjà suscité l’intérêt de plusieurs Etats européens et même de certains responsables américains.

Israël s’en inquiète sérieusement. Selon la presse israélienne, Benyamin Netanyahu, qui s’envole ce dimanche pour Washington, a l’intention de demander à Barack Obama de ne pas soutenir une telle déclaration d’indépendance.

Pour les Palestiniens, il s’agit de marquer leur désillusion après seize années de négociations infructueuses et l'exaspération de tout un peuple lassé d'un processus de paix avec Israël qui n'a guère avancé depuis son lancement à Oslo en 1993, tandis que sur le terrain la colonisation israélienne multipliait des faits accomplis difficilement réversibles.

L’entourage de Mahmoud Abbas affirme qu’en l’absence de progrès, le président palestinien est prêt à mettre fin au statu quo et à dissoudre l’Autorité palestinienne.
Ce dimanche, des milliers de Palestiniens agitant des drapeaux, ont manifesté dans Hébron, en Cisjordanie, pour exhorter Mahmoud Abbas à revenir sur sa décision de ne pas briguer un deuxième mandat à la présidence de l'Autorité palestinienne.

Côté israélien, le président israélien Shimon Peres a appelé samedi soir son homologue palestinien Mahmoud Abbas à rester au pouvoir, devant quelque 20 000 Israéliens réunis à Tel-Aviv pour marquer l'assassinat de l'ancien Premier ministre Yitzhak Rabin.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.