Accéder au contenu principal
Analyse Paul Jorion, entretiens d'Auxerre

Paul Jorion, anthropologue et économiste

Paul Jorion
Paul Jorion (RFI)

Où il nous est dit que l'on ne peut attendre aucun secours des économistes. Ce sont eux qui ont cautionné l'idée que la finance pouvait rester "amorale", alors que pour résoudre les problèmes dans lesquels la finance nous a plongés, il est essentiel de moraliser non seulement la finance mais aussi l'économie tout entière.  

Publicité

Soyons franc : la tonalité de la 8ème Edition des Entretiens d’Auxerre fut, sinon pessimiste, a tout le moins inquiète. On retiendra d’ailleurs ce mot de Paul Jorion, anthropologue et économiste belge évoquant la crise que nous traversons actuellement, mais très sceptique sur les remèdes soit disant apportés : « Si nous ne faisons rien, dans cent ans notre espèce est condamnée ».

Pour l’anthropologue, il est clair que le système capitaliste tel que nous le connaissons est en train de s’écrouler sous son propre poids. Notamment à cause de la concentration de la richesse, tandis que les salaires restent toujours aussi petits. Et de rappeler ces chiffres qui parlent d’eux-mêmes : en 2000, aux Etats-Unis, 50% des plus pauvres se partageaient 2,8% du patrimoine. Les plus aisés, eux, disposaient de 32,8% de la richesse nationale. Cette concentration, si elle est immorale – mais la question n’est pas ici celle de la moralité du capitalisme, a-moral par définition – est dangereuse. Car plus elle est élevée et plus le crédit doit être grand. Donc de plus en plus cher, l’intérêt prenant de plus en plus de place.

« Si nous ne faisons rien, dans cent ans notre espèce est condamnée ». Mais quoi faire ? Paul Jorion dénonce notre attitude « colonisatrice » vis à vis des biens de ce monde. Plaidant pour la modération, la solution, pense-t-il, est à chercher du côté de la maîtrise de notre agressivité, notamment écologique. Du côté de la maîtrise de notre cupidité. Autrement dit, Paul Jorion plaide pour la domestication de l’économie. A partir de la raison. A partir de l’éthique. Nous sommes une espèce auto-domestiquée, rappelle l’anthropologue. Si nous le voulons vraiment, nous pouvons donc y arriver. Au XVIIIème siècle, à l’aube de l’ère industrielle, nous avons pensé la démocratie, mais en tenant à l’écart l’économie, ne doutant pas des vertus sociologiques du « doux commerce » de Montesquieu et des vertus économiques de la « main invisible » d’Adam Smith. Il est urgent d’introduire un processus de type de la démocratie dans nos institutions économiques.Fayard, Paris, 2009.
 

A lire :

L’Argent, mode d’emploi. Fayard, Paris, 2009.

 

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.