Accéder au contenu principal
Chine/Afrique

Pékin renforce son influence en Afrique

Le Premier ministre chinois Wen Jiabao a proposé  dix milliards de dollars de prêts à taux préférentiel sur trois ans aux pays africains.
Le Premier ministre chinois Wen Jiabao a proposé dix milliards de dollars de prêts à taux préférentiel sur trois ans aux pays africains. Reuters

A l'occasion du 4e Forum de coopération Chine-Afrique, Pékin a annoncé qu'il allait accorder 10 milliards de dollars de prêts bonifiés au continent. La Chine propose également son aide dans le règlement des conflits. Une aide totalement désintéressée selon Pékin qui refuse toute accusation de néo-colonialisme.

Publicité

« L'aide chinoise n'est assortie d'aucune condition politique ». Ces propos tenus dimanche par le Premier ministre Wen Jiabao ont le mérite d'être clairs et confirment ce que l'on savait déjà : Pékin ne s'encombre pas de considérations humanitaires ou politiques pour tisser des alliances sur le continent. Ce qui lui vaut d'être accusé de cautionner des régimes contestés comme celui du Soudan, pour obtenir en échange pétrole et minerais.

Ce qui est sûr, c'est que la Chine cherche aujourd'hui à renforcer sa coopération avec le continent. Dix milliards de dollars de prêts bonifiés ont été annoncés dimanche à Charm el-Cheikh. Pékin entend aussi aider les institutions financières chinoises pour qu'elles puissent prêter aux petites et moyennes entreprises africaines.

Dès 2010, 60% des produits des pays africains les moins développés seront exemptés de droits de douane à condition que ces pays aient bien sûr des relations avec la Chine.

Quels que soient les changements sur la scène internationale, et malgré la crise financière, Pékin annonce que son aide ne diminuera pas. Mieux, la Chine se propose aussi de jouer un rôle dans le règlement des questions relatives à la paix et à la sécurité sur le continent.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.