Accéder au contenu principal
Etats-Unis

Le tueur de Fort Hood a commencé à parler

Le commandant Nidal Malik Hasan, le suspect de Fort Hood.
Le commandant Nidal Malik Hasan, le suspect de Fort Hood. REUTERS

Barack Obama se rend ce mardi à Fort Hood, au Texas, pour la cérémonie d’hommage aux victimes de la tuerie de jeudi dernier. On en sait désormais un peu plus sur les motivations du tueur. Le commandant Hasan avait pris contact à la fin 2008 avec un imam au Yémen connu pour sa proximité avec al-Qaïda.

Publicité

Avec notre correspondante à Washington, Donaig Le Du

Nidal Malik Hasan est sorti lundi du coma dans lequel il était plongé depuis la tuerie. On ignore si les enquêteurs ont déjà été en mesure de l’interroger, mais il apparaît désormais que l’homme, un Américain d’origine palestinienne, avait sans doute ces dernières années, tenté de tisser des liens avec des organisations liées au terrorisme islamiste.

Les enquêteurs s’interrogent, en particulier, sur les relations qu’il aurait pu entretenir avec un imam radical qui prêchait avant les attentats du 11-Septembre dans une mosquée de la banlieue de Washington, une mosquée qu’auraient également fréquentée deux des auteurs des attentats. L’imam, Anwar al-Awlaki, qui vit désormais au Yémen, a d’ailleurs publié sur son site internet un message félicitant l’officier psychiatre pour avoir « fait ce qu’il avait à faire ».

La chaîne de télévision ABC, pour sa part, affirme que la CIA savait depuis plusieurs mois que le major Hasan avait tenté d’entrer en contact avec des éléments d’al-Qaïda. On ne sait pas s’il y était parvenu, on ne sait pas non plus si les services de renseignements américains avaient prévenu l’armée.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.