Accéder au contenu principal
Thaïlande/Cambodge

Thaksin défie la Thaïlande avec son ami Hun Sen

L'ex-Premier ministre  thaïlandais Thaksin Shinawatra (d), recherché par la justice, en compagnie de l'homme fort du Cambodge Hun  Sen, le 10 novembre 2009.
L'ex-Premier ministre thaïlandais Thaksin Shinawatra (d), recherché par la justice, en compagnie de l'homme fort du Cambodge Hun Sen, le 10 novembre 2009. Reuters

L'ex-Premier ministre thaïlandais Thaksin Shinawatra, recherché par la justice, est arrivé ce mardi à Phnom Penh à l'invitation de l'homme fort du Cambodge Hun Sen. Une visite perçue comme une provocation par Bangkok.La Thaïlande a engagé une procédure d'extradition contre l'ancien Premier ministre thaïlandais. Thaksin avait été condamné l'an dernier à deux ans de prison pour abus de pouvoir. Le gouvernement thaïlandais indique qu'il aura recours à d'autres mesures si la demande est rejetée par Phnom Penh.  

Publicité

Avec notre correspondant à Bangkok, Arnaud Dubus

La lettre de demande d'extradition a été rédigée par le procureur général thaïlandais. Elle se trouve entre les mains du ministère thaïlandais des affaires étrangères qui doit l'envoyer sous peu au Cambodge. Bangkok s'attend à ce que cette demande soit rejetée par Phnom Penh, comme l'ont annoncé par avance des officiels cambodgiens. Le Premier ministre thaïlandais Abhisit Vejjajiva a d'ores et déjà annoncé que si tel était le cas, le traité d'extradition entre les deux pays pourrait être remis en question. Il a également évoqué une possible fermeture de la frontière commune.

Dans le même temps, le gouvernement thaïlandais a annulé un accord de gestion conjointe de gisements d'hydrocarbures, lesquels se trouve dans une zone du Golfe de Thaïlande revendiquée par les deux pays. Le parlement thaïlandais doit encore approuver cette annulation.

La décision du Premier ministre cambodgien Hun Sen de nommer Thaksin comme conseiller économique est clairement restée en travers de la gorge des autorités thaïlandaises. Et les images de Thaksin reçu à Phnom Penh comme un véritable chef de gouvernement ont encore augmenté leur agacement. Elles soupçonnent une conspiration pour déstabiliser la Thaïlande ; selon elles, les demandes de dissolution du parlement venant des politiciens pro Thaksin en sont la preuve.

Avec notre correspondante à Pnom-Penh, Anne- Laure Porée

Thaksin Shinawatra va s’adresser jeudi matin à un parterre d’experts et d’entrepreneurs cambodgiens. Entre temps, il aura rencontré le Premier ministre Hun Sen.

Autant dire que cette visite n’est pas du goût de Bangkok qui demande son extradition. Les autorités cambodgiennes ont prévenu qu’elles n’accèderaient pas à cette demande, considérant que Thaksin Shinawatra est poursuivi pour des raisons politiques.

Pour distinguer les joutes diplomatiques du problème frontalier au nord du pays, le Premier ministre cambodgien Hun Sen a fait retirer des troupes de parachutistes aux abords du temple de Preah Vihear.

Mais ça n’aura pas suffi à calmer la Thaïlande qui menace de fermer les frontières. Le Cambodge a promis de boycotter les produits thaïlandais si une telle décision était prise.

Cette crise a aussi fait resurgir un autre problème frontalier, côté mer cette fois. Un protocole d’accord sur l’exploitation du gaz et du pétrole dans le golfe de Thaïlande vient d’être remis en cause par Bangkok.

Ce qui fait dire à certains observateurs que même si Hun Sen table sur une remise en selle politique de Thaksin Shinawatra, il prend là de grands risques.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.