Accéder au contenu principal
Etats-Unis

Les cinq accusés du 11-Septembre renvoyés devant un tribunal civil

Khaled Cheikh Mohammed, considéré comme le cerveau des attentats du 11-Septembre.
Khaled Cheikh Mohammed, considéré comme le cerveau des attentats du 11-Septembre. AFP

Les cinq principaux accusés du 11-Septembre seront déférés devant un tribunal fédéral civil, échappant ainsi aux cours d'exception militaires. Barack Obama les a réformées dès son arrivée à la présidence, ordonnant également la fermeture de Guantanamo où restent encore 215 détenus.

Publicité

Il est important que ces cours fédérales n'acceptent pas les preuves recueillies sous la torture.

Nathalie Berger, responsable Etats-Unis d'Amnesty International

Avec notre correspondante à Washington, Donaig Le Du

Khaled Cheikh Mohammed et ses 4 co-inculpés sont accusés d’être les instigateurs, les cerveaux des attentats du 11 septembre. Ils seront donc jugés devant un tribunal civil, au cours d’un procès qui, promet le ministre de la Justice, sera en grande partie public. « Ils seront amenés à New York, annonce Eric Holder, et ils devront répondre de leurs crimes à quelques mètres seulement de l’endroit où se tenaient autrefois les tours jumelles. »

Le ministre de la Justice promet un procès équitable. Mais pour répondre à ceux qui s’indignent du fait que des terroristes puissent bénéficier de la protection de la constitution américaine, il précise que procès équitable ne veut pas dire qu’ils seront jugés avec une quelconque bienveillance. « J’attends de l’accusation qu’elle réclame la peine de mort pour ces cinq individus

En organisant le procès devant une juridiction civile sur le sol des Etats-Unis, l’administration Obama veut montrer qu’elle a définitivement tourné le dos à l’ère Bush, et qu’elle a confiance en la justice ordinaire. Cela ne règle pas toutefois la question de la fermeture de Guantanamo, avec plus de 200 détenus dont les Américains ne savent toujours pas que faire. 

A Guantanamo, Khaled Cheikh Mohammed a revendiqué la responsabilité des attentats mais cela après avoir été soumis au supplice de la baignoire à 183 reprises. C'est ce qui ressort des enquêtes que les humanitaires avaient réclamées.
Khaled Cheikh Mohammed a consacré sa vie d'adulte au jihad contre l'Occident après avoir été éduqué aux Etats-Unis. De nationalité koweitienne, il a été arrêté en 2003 au Pakistan, la terre de ses ancêtres où il était considéré comme le numéro trois d'al Qaïda, un très gros poisson donc.
La justice américaine aurait tout à gagner à le voir passer de nouveau aux aveux selon les procédures ordinaires du droit commun. Khaled Cheikh Mohamed et le neveu qu'il aurait chargé de la logistique, Ali Abd al Aziz, seraient tous deux de mèche avec le Saoudien Mustafa al Hawsawi. C'est lui qui aurait financé le séjour et les cours de pilotage des pirates de l'air. Un autre Saoudien d'origine yéménite, Walid Ben Attash aurait pour sa part effectué les repérages. Il est également accusé dans l'attentat contre le destroyer américain Uss Cole en octobre 2000.
Enfin, faute de visa pour les Etats-Unis, le Yéménite Ramzi ban al-Shaiba, n'a pas pu suivre son colocataire en Allemagne, Mohammed Atta, le chef du commando de kamikazes. Mais il était au courant de ses projets.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.