Accéder au contenu principal
Territoires palestiniens / Israël

Les Palestiniens vont demander à l'ONU de reconnaître leur indépendance

De gauche à droite :  Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu, le gouverneur de la Californie Arnold Schwarzenegger et l'ancien président des Etats-Unis Bill Clinton au Saban Forum à Jérusalem, le 15 novembre 2009.
De gauche à droite : Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu, le gouverneur de la Californie Arnold Schwarzenegger et l'ancien président des Etats-Unis Bill Clinton au Saban Forum à Jérusalem, le 15 novembre 2009. REUTERS/Debbie Hill

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu a déclaré dimanche qu'il n'y avait pas d'alternative à des négociations pour parvenir à la paix. Pour sortir le processus de paix de l'impasse, les Palestiniens envisagent de demander à l'ONU de reconnaître leur indépendance et de soutenir une éventuelle proclamation unilatérale d'un Etat Palestinien indépendant.

Publicité

Avec notre correspondante à Jerusalem, Catherine Monnet

 

Le chef des négociateurs palestiniens Saëb Erakat ne cesse de le répéter depuis deux jours : désormais, c'est vers le Conseil de sécurité qu'entend se tourner l'Autorité Palestinienne afin « d'obtenir son soutien à la création d'un Etat palestinien indépendant ayant Jérusalem pour capitale et dont les frontières seraient celles de 1967 », avant l'occupation.

Pour l'instant, Saëb Erakat explique avoir « obtenu le feu vert des ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe pour demander l'aide de la communauté internationale » et précise qu'il entend se tourner également vers l'Union Européenne et la Russie, sans pour autant fixer d'échéance.

Cette initiative palestinienne, qui vise à sortir le processus de paix de l'impasse, a fait réagir assez vivement plusieurs ministres israéliens. Le premier d'entre eux, Benyamin Netanyahu a averti dimanche soir qu'il n'y avait pas d'alternative à des négociations pour parvenir à la paix et que toute initiative unilatérale des Palestiniens rendrait caducs les précédents accords et pourrait provoquer des mesures unilatérales de la part d'Israël.

Le ministre des Infrastructures, issu de la droite nationaliste, propose pour sa part de répondre à « cette initiative hostile » en annexant les zones de Cisjordanie où se trouvent les grands blocs de colonies.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.