Accéder au contenu principal
Philippines

Massacre sur fond de rivalités claniques

Une centaine d'hommes armés ont assassiné au moins 21 personnes lundi dans le sud des Philippines, dans une embuscade qui semble liée à des rivalités politiques. Une embuscade qui a visé la famille et l'équipe de campagne d'un homme politique et qui intervient alors qu'a débuté l'enregistrement des candidatures pour les élections générales prévues en mai 2010.

Publicité

Avec notre correspondant à Manille, Sébastien Farcis

L’équipe de campagne du vice-maire Esmael Mangundadatu se rendait à la commission des élections. Elle allait déposer, au nom de cet élu, sa candidature pour le poste stratégique de gouverneur de cette province de Maguindanao, à l’ouest de Mindanao. Dans le convoi, se trouvaient de nombreux membres de la famille de l’élu, et plus d’une dizaine de journalistes locaux.

Dans la matinée, tous ont été arrêtés par un groupe de près d’une centaine d’hommes armés, qui ont finalement assassiné et décapité une grande partie des membres du convoi.

L’armée philippine a confirmé que le chef de ce groupe armé est le fils du gouverneur en place, Andal Ampatuan. Le clan Ampatuan tient cette province d’une main de fer, et dispose depuis longtemps de sa propre milice. Depuis plusieurs mois, ce clan menaçait directement Esmael Mangundadatu pour le dissuader de se présenter en mai prochain. C’est pour cette raison que ce dernier n’était pas allé personnellement déposer sa candidature.

Cette embuscade marque de manière sanglante le début de la période des élections, qui sont généralement très violentes aux Philippines. En 2007, pour les élections de moindre importance, plus de 130 personnes ont été assassinées. En mai prochain, ce sont tous les postes qui devront être renouvelés, depuis les maires jusqu’au président.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.