Accéder au contenu principal
Mauritanie

Le mouton de l'Aïd a la cote

En 2008, les Sénégalais ont acheté 670 000 têtes pour Tabaski  dont près de 300 000 importés de Mauritanie  et du Mali.
En 2008, les Sénégalais ont acheté 670 000 têtes pour Tabaski dont près de 300 000 importés de Mauritanie et du Mali. AFP/Georges Gobet

À la veille de la fête de Tabaski, (la fête de l’Aïd chez les musulmans) la vente des moutons bat toujours son plein à Nouakchott. Depuis un mois, de toutes les régions mauritaniennes, quelques centaines de milliers de bêtes ont fait le trajet jusqu’à la capitale. Mais pour un bon nombre d’entre elles, le voyage ne s’arrête pas là.

Publicité

Dans le quartier d’El Mina, au pied du château d’eau, les camions déchargent un flot de moutons. Certains repartent dans le coffre d’une voiture vers divers quartiers de la capitale, d’autres prennent un nouveau camion, direction le Mali et surtout le Sénégal.

Mohamed, vendeur de moutons : « Tout ce que tu vois, ce sont des moutons mauritaniens. Mais les gens viennent du Sénégal. Le Mali achète et amène parfois dix, vingt, trente. Ca marche bien, Inch' Allah ! Tous les moutons sont déjà partis, C’est bon pour le business ».

Un bon business et pour cause. En 2008, les Sénégalais ont acheté 670 000 têtes pour Tabaski dont près de 300 000 importées : 20% de Mauritanie, 80% du Mali. La part mauritanienne est en fait plus importante car les vendeurs passent souvent par le Mali pour rejoindre Dakar.

Tabaski joue donc un rôle crucial dans les exportations mauritaniennes. Selon le chef du service de la santé animale de la direction de l’élevage : « On a 68 milliards d’ouguiyas annuellement d’exportations certifiées. Sur ces 68 milliards, la fête de Tabaski représente 27 milliards, soit 40% de la somme annuelle des exportations. Ces 27 milliards représentent à peu près 120 000 têtes des petits ruminants qui sont essentiellement exportés vers le Sénégal ».

Vingt-sept milliards d’ouguiyas, soit 67,5 millions d’exportations rien que pour la fête. La Mauritanie compte quinze petits ruminants par habitant, le Sénégal à peine un par habitant. D’où un mouton mauritanien plus abordable.

Quelques acheteurs malins vous diront qu’il suffit d’attendre le dernier moment et la peur de l’invendu pour avoir un bon prix. Quelques vendeurs malins vous diront qu’ils connaissent la technique et ne s’y font pas prendre.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.