Accéder au contenu principal
Chine / Enlèvements

Des voleurs d'enfants exécutés en Chine

Une mère montre une photo de son fils disparu le 7 novembre 2009
Une mère montre une photo de son fils disparu le 7 novembre 2009 AFP PHOTO/Peter PARKS

En Chine, deux hommes ont été exécutés ce jeudi 26 novembre pour enlèvements d'enfants. Ils avaient été condamnés pour le kidnapping, au total, d'une quinzaine d'enfants entre 1999 et 2006. Une pratique des enlèvements qui reste très répandue en Chine, et qui pourtant jusque-là ne fait pas l'objet d'une grande attention de la part des services de police.

Publicité

Avec notre correspondant à Pékin, Marc Lebeaupin

Ces affaires d'enlèvements d'enfants sont fréquentes en Chine. Les témoignages de parents s'accumulent quotidiennement, même si la presse n'en parle pas régulièrement.

Il y a quelques jours, une enquête du Los Angeles Times révélait qu'un réseau de fonctionnaires corrompus volait des bébés, le plus souvent dans les provinces pauvres du centre et du sud de la Chine, pour les revendre à des orphelinats débordés par des demandes d'adoption. Ces enfants étaient revendus 3000 dollars.

Une affaire qui a provoqué une vive émotion, y compris dans les pays d'accueil de ces enfants. Le Canada a demandé une enquête aux autorités chinoises.

Mais on parle aussi beaucoup d'enfants esclaves, dans des mines ou des briqueteries. En 2007, la découverte de 600 enfants employés dans plusieurs centaines d'ateliers dans le Henan avait provoqué un énorme scandale. Là aussi, il avait fallu la complicité de fonctionnaires locaux pour monter ces réseaux.

Ces enlèvements ont plutôt augmenté depuis une trentaine d'année, avec la mise en application de la politique de l'enfant unique. Il n'y a pas de chiffre officiel de ces enlèvements, mais le département d'Etat américain avance le chiffre de 20 000 enlèvements par an. Mais pour des organisations indépendantes, la réalité serait plus proche de 70 000 enlèvements d'enfants chaque année en Chine.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.